Jacquou le croquant (2005) Laurent Boutonnat

Pays de productionFrance ; Allemagne
Sortie en France17 janvier 2007
Procédé image35 mm - Couleur
Durée155 mn
DistributeurPathé Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "Jacquou le croquant" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurLaurent Boutonnat
ScénaristeFrank Moisnard
ScénaristeLaurent Boutonnat
Auteur de l'oeuvre originaleEugène Le Royd'après le roman "Jacquou le croquant"
Société de production Pathé Renn Productions
Société de production Heathcliff (Paris)
Société de production TF1 Films Production
Société de production SPI - Squares Productions Internationales
Société de production CP Medien AG (Ludwigsburg)
ProducteurRomain Le Grand
ProducteurDominique Boutonnat
Distributeur d'origine Pathé Distribution
Directeur de la photographieOlivier Cocaul
Ingénieur du sonJean Goudier
Ingénieur du sonFrançois-Joseph Hors
Ingénieur du sonÉric Rophé
Compositeur de la musique originaleLaurent Boutonnat
DécorateurChristian Marti
CostumierJean-Daniel Vuillermoz
MaquilleurDidier Lavergne
MonteurStan Collet

générique artistique

Gaspard Ulliel(Jacquou)
Marie-Josée Croze(la mère de Jacquou)
Albert Dupontel(le père de Jacquou)
Jocelyn Quivrin(le comte de Nansac)
Tchéky Karyo(le Chevalier)
Malik Zidi(Touffu)
Léo Legrand(Jacquou enfant)
Olivier Gourmet(le curé Bonal)
Judith Davis(Lina)
Bojana Panic(la Galiote)
Jérôme Kircher(l'avocat)
Gérald Thomassin(le Bigleux)
Dora Doll(Fantille)
Pierre Aussedat(le procureur)
Didier Becchetti(le second régisseur)
Renan Carteaux(le baron Vallière)
Théo Isorni(le jésuite)
Anca Androne(la fille aînée du comte)
Iulia Lumanare(la fille cadette du comte)
Virginie Bordes(la Timide)
Sissi Duparc(la Bertille)
Clémence Gautier(Lina enfant)
Vincent Valladon(Touffu enfant)
Elliott Valence(le Bigleux enfant)

Bibliographie

Synopsis

En 1815 dans le Périgord, au cœur d’une France ultraroyaliste, Jacquou vit difficilement avec ses parents paysans. Suite à un caprice du cruel comte de Nansac, le père de Jacquou se retrouve recherché par la police. Jacquou et sa mère survivent avec peine. Arrêté et condamné, le père de Jacquou est rapidement tué en prison. Sa mère étant morte de chagrin, Jacquou est vite réduit à mendier dans la rue, en plein hiver. Alors qu’il décide de se laisser lui aussi mourir, il est recueilli in extremis par le curé Bonal et son ami le chevalier, libres penseurs qui vont l’élever. Grâce à la charmante Lina, Jacquou retrouve le goût de vivre. Devenu jeune homme, il n’a pas oublié Nansac et son désir de vengeance est désormais renforcé par une prise de conscience de l’injustice sociale. À un bal populaire, Jacquou provoque courageusement Nansac et sa fille La Galiote. Le comte fait alors enlever Jacquou et le séquestre secrètement dans les caves de son château. Réussissant à s’enfuir, Jacquou organise, avec ses amis et tous les paysans, une insurrection contre Nansac. Jacquou, toujours amoureux de Lina, rejette les avances de La Galiote, qui cherche alors à le tuer. Il réussit tout de même à détruire le château, mais épargne la vie du comte, désormais ruiné et déshonoré, et vient au secours de sa fille. Au procès des insurgés, La Galiote les sauve par son témoignage. Le jour du jugement, le Roi abdique : c’est la fin du règne des ultras.
© LES FICHES DU CINEMA 2007
Logo

Exploitation