De la guerre (2007) Bertrand Bonello

Pays de productionFrance
Sortie en France01 octobre 2008
Procédé image35 mm - Couleur
Durée130 mn
DistributeurAd Vitam (source : ADRC)
>> Rechercher "De la guerre" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurBertrand Bonello
Assistant réalisateurChristophe Jeauffroy
ScénaristeBertrand Bonello
Société de production Les Films du Lendemain
Société de production My New Picture
ProducteurKristina Larsen
ProducteurBertrand Bonello
Producteur exécutifKristina Larsen
Producteur exécutifBertrand Bonello
Directeur de productionChristophe Jeauffroy
Distributeur d'origine Ad Vitam Distribution (Paris)
Directeur de la photographieJosée Deshaies
Ingénieur du sonOlivier Le Vacon
Ingénieur du sonNicolas Moreau
Ingénieur du sonVincent Vatoux
Ingénieur du sonJean-Pierre Laforce
Compositeur de la musique originaleBertrand Bonello
ChorégrapheBernardo Montet
DécorateurAntoine Platteau
MonteurFabrice Rouaud

générique artistique

Mathieu Amalric(Bertrand)
Asia Argento(Uma)
Guillaume Depardieu(Charles)
Clotilde Hesme(Louise)
Laurent Delbecque(Pierre)
Elina Löwensohn(Rachel)
Léa Seydoux(Marie)
Aurore Clément(la mère de Bertrand)
Laurent Lucas(Laurent Lucas)
Michel Piccoli(le grand Hou)

Bibliographie

Synopsis

Bertrand, cinéaste aux alentours de la quarantaine, prépare un nouveau film, dans lequel devrait s’exprimer son angoisse de ne pas parvenir à prendre possession de sa vie et à être pleinement là. Il fait des repérages dans une entreprise de pompes funèbres. Il demande à rester après la fermeture et se retrouve par accident enfermé dans un cercueil. Il y passe la nuit. Au matin, on le libère. Il ressort hébété, troublé. Le soir, il revient rôder près de la boutique. Là, il rencontre un homme mystérieux, Charles. Bertrand lui confie son désir de retrouver le sentiment de plénitude qu’il a ressenti dans le cercueil. Charles lui dit que la quête du plaisir, aujourd’hui, est une guerre. Il lui propose de le conduire dans un lieu où l’on apprend à mener cette guerre. Bertrand le suit, sans même prévenir Louise, sa compagne. Le voici à présent dans une grande demeure isolée, sur laquelle règne Uma. Pendant quinze jours, Bertrand se repose, parle, participe à des séances d’entraînement, danse, lâche du lest. Puis, on le renvoie chez lui. Bertrand revient à Paris ébloui, porteur d’une excitation dans laquelle il voudrait entraîner Louise et toute sa vie. Mais la réalité ne répond pas à son enthousiasme. Il décide alors de repartir au Royaume pour entrer en guerre de façon active. C’est finalement Louise qui l’y rejoint. Bertrand s’entraîne plus fort, se libère davantage. Enfin, il part seul dans la forêt mener sa propre guerre. Il gagne ce combat solitaire. Puis il retourne à Paris. Il s’assoit sur un banc. Il est vraiment là.
© LES FICHES DU CINEMA 2008
Logo

Exploitation