La Fille du RER (2008) André Téchiné

Pays de productionFrance
Sortie en France18 mars 2009
Procédé image35 mm - Couleur
Durée105 mn
DistributeurUGC Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "La Fille du RER" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurAndré Téchiné
Assistant réalisateurMichel Nasri
ScénaristeAndré Téchiné
ScénaristeOdile Barski
ScénaristeJean-Marie Besset
Auteur de l'oeuvre originaleJean-Marie Bessetd'après la pièce de théâtre "RER"
DialoguisteAndré Téchiné
DialoguisteOdile Barski
DialoguisteJean-Marie Besset
Société de production SBS Productions (Paris)
Coproduction France 2 Cinéma
ProducteurSaïd Ben Saïd
Directeur de productionBruno Bernard
Distributeur d'origine UGC Distribution
Directeur de la photographieJulien Hirsch
Ingénieur du sonJean-Paul Mugel
MixeurFrancis Wargnier
MixeurCyril Holtz
Compositeur de la musique originalePhilippe Sarde
DécorateurMichèle Abbé
CostumierKhadija Zeggaï
MonteurMartine Giordano

générique artistique

Emilie Dequenne(Jeanne)
Catherine Deneuve(Louise)
Michel Blanc(Samuel Bleistein)
Ronit Elkabetz(Judith)
Mathieu Demy(Alex)
Nicolas Duvauchelle(Franck)

Bibliographie

Synopsis

Jeanne vit en banlieue avec sa mère, Louise. Elle cherche mollement du travail. Louise lui décroche un entretien auprès d’une vieille connaissance, Samuel Bleistein, devenu un avocat réputé. Mais Jeanne ne convainc pas. Alors qu’elle se balade en rollers dans Paris, elle est abordée par l’impulsif Franck. Ils chattent sur Internet puis, très vite, Franck propose qu’ils vivent ensemble. Ils s’installent au-dessus d’un entrepôt, dont ils sont censés être les gardiens. Du côté de la famille Bleistein, Alex, le fils de Samuel, est aux prises avec Judith, son ex-femme, qui veut organiser la bar-mitsva de leur fils Nathan. Un jour, Franck est blessé par un dealer venu récupérer de la drogue, stockée à l’entrepôt. Jeanne, qui n’était pas au courant du trafic, est relâchée par la police. Elle retourne vivre chez sa mère. Elles regardent ensemble un documentaire sur la Shoah. Un jour, Jeanne s’entaille le visage, dessine des croix gammées sur son ventre, puis porte plainte, affirmant avoir été agressée dans le RER. Les médias et les politiques s’emballent autour de "l’acte antisémite". Louise, qui se doute que c’est un mensonge, sollicite l’aide de Bleistein. Il les invite à la campagne. Là, Jeanne et Nathan se lient d’amitié. Questionnée par Bleistein, Jeanne avoue qu’elle a tout inventé. Elle sera condamnée à de la prison avec sursis. Nathan fête sa bar-mitsva auprès de ses parents réconciliés. Jeanne reçoit une lettre de lui.
© LES FICHES DU CINEMA 2009
Logo

Exploitation