Je suis heureux que ma mère soit vivante (2008) Claude Miller, Nathan Miller

Pays de productionFrance
Sortie en France30 septembre 2009
Procédé image35 mm - Couleur
Durée90 mn
DistributeurMetropolitan Filmexport (source : ADRC)
>> Rechercher "Je suis heureux que ma mère soit vivante" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurClaude Miller
RéalisateurNathan Miller
Assistant réalisateurValérie Othnin-Girard
ScénaristeAlain Le Henry
AdaptateurClaude Miller
AdaptateurNathan Miller
DialoguisteClaude Miller
DialoguisteNathan Miller
Coproduction F comme Film (Paris)
Coproduction Orly Films (Paris)
Coproduction France 3 Cinéma
Coproduction Page 114
ProducteurJean-Louis Livi
ProducteurJacques Audiard
Directeur de productionChristophe Desenclos
Distributeur d'origine Metropolitan Filmexport (Paris)
Directeur de la photographieAurélien Devaux
Ingénieur du sonJean-Jacques Ferran
MixeurDominique Gaborieau
Compositeur de la musique originaleVincent Segal
DécorateurJean-Pierre Kohut-Svelko
CostumierElsa Gies
MaquilleurChristophe Oliveira
CoiffeurSilvine Picard
MonteurMorgane Spacagna
RégisseurBruno Duron
Photographe de plateauFrédérique Barraja

générique artistique

Vincent Rottiers
Sophie Cattani
Christine Citti
Yves Verhoeven
Maxime Renard
Olivier Guéritée
Ludo Harlay
Gabin Lefebvre
Quentin Gonzales
Chantal Banlier
Thomas Momplot
Sabrina Ouazani
Alberto Actis
Dominique Hulin
Samir Guesmi
Célia Granier-Deferre
Bruno Chiche
Carole Franck
Françoise Gazio
Virginie Emane
Iria Loureiro dos Santos
Jacqueline Woelffel
Louis Czajkowski
Gabriel Czajkowski
Rémy Roubakha
Clémence Boué
Bruno Duron
Florence Huige
Xavier Thiam
Raphaël Beauville
Lionel Robert
Christophe Desenclos
Grégoire Roger
Gilles Demurger
Laura Schiffman

Bibliographie

Synopsis

C’est l’été. Thomas et son père, Yves, nagent dans une mer limpide, quand l’enfant accélère. Inquiet, Yves le somme d’attendre, mais Thomas n’en fait qu’à sa tête. Assis sur une bouée, loin du rivage, il voit Yves le rejoindre, épuisé. Yves le gronde, mais l’explication tourne court quand le garçon demande si sa vraie mère est jolie. À la rentrée, la rumeur se répand à l’école que Thomas et son frère, Patrick, ont été adoptés. En colère, Thomas distribue les coups de poings. Ses parents adoptifs, dépassés, décident de le placer en internat. De son côté, Thomas mène son enquête. Grâce à une employée compatissante, il retrouve la trace de Julie, sa mère biologique. Il va à son domicile : elle est remariée et enceinte, il ne dit rien. Quelques années plus tard, Yves est touché par une dépression sévère qui oblige la famille à le faire interner. À cette occasion, Thomas repasse devant les grands ensembles où habite Julie. Il l’appelle, lui dit qu’il est son fils. Julie accepte de le revoir. Ils renouent. Au fil des jours, Thomas, fasciné, cède à la moindre demande de Julie, et s’occupe de son demi-frère. Son amour zélé conduit Thomas à quitter son travail. Julie l’accepte auprès d’elle, et pardonne ses manières intrusives, sans toutefois renoncer à sa vie de femme séduisante. Jusqu’au jour où Thomas, débordé par ses émotions, la poignarde. Julie survit. Au procès, elle s’excuse d’avoir abandonné Thomas et Patrick. Thomas sera condamné à une courte peine de prison.
© LES FICHES DU CINEMA 2009
Logo

Exploitation