Océans (2009) Jacques Perrin, Jacques Cluzaud

Pays de productionFrance
Sortie en France27 janvier 2010
Procédé image35 mm - Couleur
Durée103 mn
DistributeurPathé Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "Océans" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurJacques Perrin
RéalisateurJacques Cluzaud
Réalisateur seconde équipeChristophe Cheysson
Assistant réalisateurChristophe Cheysson
Assistant réalisateurAlexandre Ayer
Collaborateur scénaristiqueJacques Perrin
Collaborateur scénaristiqueJacques Cluzaud
Collaborateur scénaristiqueFrançois Sarano
Collaborateur scénaristiqueStéphane Durand
Collaborateur scénaristiqueLaurent Debas
Auteur du commentaireLaurent Gaudé
Société de production Galatée Films (Paris)
Société de production Pathé Productions (Paris)
Société de production France 2 Cinéma
Société de production France 3 Cinéma
Société de production Notro Films (Barcelona ; Madrid)
Société de production Les Productions JMH (Neuchâtel)
ProducteurJacques Perrin
ProducteurNicolas Mauvernay
Producteur associéManuel Monzón
Producteur associéJean-Marc Henchoz
Producteur déléguéYvette Mallet
Producteur déléguéRomain Le Grand
Producteur exécutifOlli Barbé
Producteur exécutifJake Eberts
Distributeur d'origine Pathé Distribution
Directeur de la photographieLuc Drion
Directeur de la photographieLuciano Tovoli
Directeur de la photographiePhilippe Ros
Directeur de la photographieLaurent Charbonnier
Directeur de la photographieChristophe Pottier
Directeur de la photographieEric Börjesson
Directeur de la photographieLaurent Fleutot
Directeur de la photographieThierry Thomas
Directeur de la photographiePhilippe Garguil
Directeur de la photographieOlivier Gueneau
Ingénieur du sonPhilippe Barbeau
Ingénieur du sonMartine Todisco
MixeurFlorent Lavallée
MixeurAnne Le Campion
Compositeur de la musique originaleBruno Coulais
DécorateurJean Rabasse
MonteurVincent Schmitt
MonteurCatherine Mauchain
RégisseurJohann Mousseau
RégisseurAntoine de Cazotte
RégisseurVincent Steiger
RégisseurCharles Stenhouse
Coordinateur des effets spéciauxChristian Guillon
Coordinateur des effets spéciauxArnaud Fouquet
Photographe de plateauPascal Kobeh
Photographe de plateauRenato Rinaldi
Photographe de plateauRichard Hermann
Photographe de plateauKoji Nakamura
Photographe de plateauDenis Lagrange
Photographe de plateauMathieu Simonet
Photographe de plateauYves Gladu
Réalisateur du making-offRenan Marzin
Réalisateur du making-offAlexandre Ayer

générique artistique

Lancelot Perrin
Jacques Perrin

Bibliographie

Synopsis

Après Le Peuple migrateur (2001), J. Perrin et J. Cluzaud cherchent à répondre à la question d’un enfant qui demande : "C’est quoi l’océan ?" Ils nous entraînent alors dans une course folle autour du monde, en mettant en perspective l’histoire de la vie sur Terre et les grandes découvertes faites par l’Homme. De la surface des mers à leurs profondeurs les plus secrètes, nous accompagnons les espèces sauvages dans leurs ballets aquatiques. Plusieurs procédés techniques novateurs permettent de s’approcher au plus près des corps et des regards... Les images sont d’une beauté à couper le souffle, restituant toutes les nuances de bleu de l’océan et nous montrant des spécimens aux couleurs incroyables. Les séquences drôles ou émouvantes se succèdent dans un montage dynamique, où la musique de Bruno Coulais orchestre magnifiquement l’évolution des créatures étranges et merveilleuses que nous découvrons. Le film veut s’inscrire dans la lignée du Monde du silence de J-Y. Cousteau, et défend cette idée : "On n’a jamais tant découvert, on n’a jamais tant régressé". Pourtant, même si l’intention est clairement de faire prendre conscience au spectateur qu’il est urgent de protéger la vie marine, Océans sonne un peu creux... Peut-être parce que dès l’ouverture, lors du générique, les partenaires financiers sont à l’affiche : Total, Veolia, EDF... Certes un tel film a demandé des financements colossaux, mais était-il pertinent que ces sociétés, pollueuses entre toutes, soient mises en valeur, et comme exonérées de leurs responsabilités, grâce à ce projet ? Car, bien entendu, la beauté des images n’est jamais relayée par un discours qui démontrerait de façon précise, en partant de faits concrets, comment les mers sont devenues de grandes poubelles... Et puis, omission tout de même singulière, les réalisateurs ne mentionnent pas une seule fois l’existence du "7e continent" (cet amalgame de plastique qui grossit chaque jour dans le Pacifique) ni les essais nucléaires qui ont dévasté faune et flore, et évoquent juste, furtivement, une marée noire... En revanche, ils s’étendent sur la chasse au requin, avec des images insoutenables d’animaux rejetés à la mer, mutilés mais vivants, condamnés à mourir lentement dans la souffrance. L’Homme est tenu pour responsable des injustices qu’il inflige aux êtres marins et à l’environnement, mais il n’est jamais question des injustices que certaines grandes entreprises font subir aux pays pauvres et qui entraînent souvent la destruction de leur zone d’habitation... Ainsi, on ressort de ce film avec un sentiment de malaise : à quoi bon dépenser autant d’argent et d’énergie, pendant quatre ans de tournage, pour, au final, nous en mettre plein la vue sans vraiment dénoncer les processus conduisant la vie dans les mers et sur terre à se dégrader de manière alarmante ?
© LES FICHES DU CINEMA 2010
Logo

Exploitation