Que la lumière soit ! (1996) Arthur Joffé

Pays de productionFrance
Sortie en France 1998
DistributeurDiaphana pour MK2 (source : ADRC)
>> Rechercher "Que la lumière soit !" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurArthur Joffé
Assistant réalisateurValérie Othnin-Girard
ScénaristeArthur Joffé
AdaptateurArthur Joffé
AdaptateurLaurent Jaoui
AdaptateurJean-Louis Benoît
DialoguisteArthur Joffé
DialoguisteLaurent Jaoui
DialoguisteJean-Louis Benoît
Société de production Ciby 2000
Producteur déléguéClaudie Ossard
Directeur de productionEric Hubert
Distributeur d'origine AFMD
Directeur de la photographiePhilippe Welt
Ingénieur du sonPierre Gamet
Ingénieur du sonMichel Kharat
Compositeur de la musique originaleAngélique Nachon
Compositeur de la musique originaleJean-Claude Nachon
DécorateurNikos Meletopoulos
CostumierMadeline Fontaine
MonteurMarie Castro
Coordinateur des effets spéciauxPascal Charpentier
Photographe de plateauDominique Le Strat

générique artistique

Hélène de Fougerolles(Jeanne)
Tchéky Karyo(Harper)
Ticky Holgado(l'ange René)
Harry Holtzman(Martin)
Pierre Arditi(Dieu l'invisible)
Sergio Castellitto(Dieu le touriste)
François Morel(Dieu le fossoyeur)
Gordon Tootoosis(Dieu l'indien)
Patrick Bouchitey(Dieu le pilote)
Arielle Dombasle(Dieu la blonde)
Elie Semoun(Dieu magasinier)
Catherine Jacob(Dieu Suzanne)
Julien Guiomar(Dieu le père)
Frédéric Mitterrand(Dieu automobiliste)
Yolande Moreau(Dieu contractuelle)
Michel Galabru(Dieu méridional)
Éric Blanc(Dieu gardien de parc)
Rufus(Dieu le chauffeur Harper)
Zinédine Soualem(Dieu l'éboueur)
Maïté(Dieu l'infirmière)
Jacques Weber(le professeur Lang)
José Garcia(Le journaliste)
Arthur Joffé(Dieu la douche/Dieu le téléphone)

Bibliographie

Synopsis

En résidence dans un château en ruines situé sur un astéroïde, Dieu, qui s'ennuie, écrit un scénario, suite cinématographique de la Bible. Pour trouver un metteur en scène, Dieu, accompagné de René son ange gardien, descend sur terre. Pour mener sa recherche, il s'incarne en passant dans divers êtres vivants faciles à repérer car Dieu leur communique involontairement un tic incurable sous la forme d'un clignement d'yeux. Il finit par jeter son dévolu sur une jeune réalisatrice, Jeanne Archambault, pour laquelle les ennuis commencent. Elle communique le manuscrit divin au patron de la société d'audiovisuel où elle travaille, Harper, en réalité Satan en personne. Celui-ci accepte, à condition de modifier le texte. Ainsi corrigé, le scénario chante la gloire de Satan, qui rêve d'en découdre avec son vieil ennemi. Dieu perturbe le tournage. Jeanne, qui résiste aux avances d'Harper, finit par se retrouver en asile psychiatrique, où elle devient une sainte pour les pensionnaires, qui s'évadent avec elle. Un fax de Dieu, transmis et traduit de l'hébreu par un vieux juif intégriste, lui donne la marche à suivre : filmer les rêves. Jeanne et son équipe suivent les instructions divines, en créant des perturbations qui alertent les médias. Après avoir récupéré le film dans les laboratoires d'Harper, l'équipe, assistée de Dieu qui a pris les apparences du père décédé de Jeanne, improvise un lieu de projection idéal : Notre-Dame de Paris. Le film est un succès, le public plane au sens propre. Satan lui-même, qui lévite comme tout le monde, est conquis, Dieu peut retourner au ciel, et Jeanne retrouver son fiancé délaissé dans l'affaire.
Copyright Bibliothèque du film, 1998
Logo

Videos

EditeurTF1
DistributeurTF1
Annee1999
VersionVersion originale
FormatVHS - SECAM
PaysFrance
Nb/coul.Coul.
Durée101 minutes

Exploitation

Nombre total d'entrées en fin d'exclusivité (Paris)7637
Nombre de salles de sortie (Paris)1
Nombre de semaines d'exclusivité (Paris)3
Nombre d'entrée première semaine (Paris)4611
Nombre total d'entrée en fin d'exclusivité (France)2508

Tournage

Lieux de tournage