P.J. (1967) John Guillermin

Syndicat du meurtre

Pays de productionEtats-Unis
Sortie en France21 février 1968
Procédé image35 mm - Couleur
Durée109 mn
>> Rechercher "P.J." dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurJohn Guillermin
Assistant réalisateurPhil Bowles
Assistant réalisateurSkip Cosper
ScénaristePhilip H. Reisman Jr.
Auteur de l'oeuvre originalePhilip H. Reisman Jr.d'après une histoire
Auteur de l'oeuvre originaleEdward J. Montagned'après une histoire
Société de production Universal Pictures
ProducteurEdward J. Montagne
Directeur de productionWes Thompson
Distributeur d'origine Universal Film (Paris)
Directeur de la photographieLoyal Griggs
Compositeur de la musique originaleNeal Hefti
Directeur artistiqueAlexander Golitzen
Directeur artistiquePhilip Harrison
MonteurSam E. Waxman

générique artistique

George Peppard(P.J. Detweiler)
Raymond Burr(William Orbison)
Gayle Hunnicutt(Maureen Preble)
Coleen Gray(Betty Orbison)
Susan Saint James(Linette)
Jason Evers(Jason Grenoble)
Wilfrid Hyde White(Billings-Browne)
Severn Darden(Shelton Quell)
Jane Van Duser(Elinor Silene)
George Furth(Sonny Silene)
Brock Peters(Waterpark)
Herbert Edelman(Charlie)
Bert Freed(le lieutenant de la police de New York)
Ken Lynch(Thorsen)
Kay Farrington(Madame Thorsen)
Lennie Bremen(Greavy)
Arte Johnson(Jackie)
Barbara Dana(Lita)
John Qualen(Poppa)
Jim Boles(l'agent immobilier)
King Charles MacNiles(le chanteur de calypso)

Bibliographie

Synopsis

Criblé de dettes, P. J. Detweiler accepte comme détective privé d'assez sordides mises en scène de constats d'adultère pour un minable salaire. Il n'hésite pas, harcelé par ses créanciers insatiables, à entrer au service d'un puissant homme d'affaires, Orbison, fondateur de la Orbco, qui l'engage comme garde du corps de sa ravissante maîtresse, Maureen Preble. La jeune femme a été menacée de mort à plusieurs reprises par la famille d'Orbison qui redoute de se voir frustrée d'un colossal héritage. Orbison est un personnage odieux, inflexible et parcimonieux au bureau comme avec sa femme à laquelle il impose la présence de sa maîtresse. Le charme de celle-ci ne laisse pas indifférent le jeune Detweiler qui reste néanmoins très perplexe sur les tentatives d'assassinat dont elle est victime. Il est encore plus étonné lorsque Orbison emmène sa femme, sa maîtresse et toute une suite dans sa somptueuse villa des Bahamas. Maureen, qui est tout de même logée dans des bâtiments annexes en compagnie de son garde du corps, est un soir à nouveau menacée et Detweiler est amené à tuer l'homme qui la poursuivait : c'est un collaborateur d'Orbison, Jason Grenoble. Mais la police, paralysée par les arguments financiers du magnat qui est le principal revenu de l'île, étouffe l'affaire, enterre Grenoble et relâche Detweller qu'elle avait arrêté. Rentré à New-York qu'Orbison et sa suite ont déjà regagné sans l'attendre, Detweiler, intrigué, poursuit une enquête personnelle. Après avoir échappé au cours de ses recherches à plusieurs attentats qui sont autant de preuves du bien-fondé de ses soupçons, il découvre que Jason Grenoble vendait très cher des renseignements compromettants sur l'Orbco à ses concurrents : Maureen et son amant se sont donc habilement servis de lui pour les en débarrasser. La police qu'il a prévenue avant d'aller dire son fait à Orbison arrive à temps pour arrêter la belle miss Preble qui menaçait de son revolver le détective trop curieux après avoir abattu son amant dont elle se savait l'héritière.
© Les fiches du cinéma 2003
Logo

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 23 janvier 1967