Nicht versöhnt = Es hilft nur Gewalt wo Gewalt herrscht (1964) Danièle Huillet, Jean-Marie Straub

Non réconciliés = Seule la violence aide où la violence règne

Pays de productionRépublique fédérale d'Allemagne
Sortie en Franceoctobre 1966
Procédé image35 mm - NB
Durée55 mn
>> Rechercher "Nicht versöhnt = Es hilft nur Gewalt wo Gewalt herrscht" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurDanièle Huillet
RéalisateurJean-Marie Straub
Auteur de l'oeuvre originaleHeinrich Bölld'après le roman "Billard um Halbzehn"
AdaptateurJean-Marie Straub
AdaptateurDanièle Huillet
Société de production Straub-Huillet Films
ProducteurJean-Marie Straub
ProducteurDanièle Huillet
Directeur de la photographieWendelin Sachtler
Compositeur de la musique préexistanteJean-Sébastien Bach
Compositeur de la musique préexistanteBéla Bartok
MonteurJean-Marie Straub
MonteurDanièle Huillet

générique artistique

Henning Harmssen(Robert Fähmel en 1964)
Ulrich Hopmann(Robert Fähmel en 1934)
Ulrich von Thüna(Schrella en 1964)
Ernst Kutzinski(Schrella en 1934)
Heiner Braun(Nettinger)
Heinrich Hargesheimer(Heinrich Fähmel en 1964)
Carl-Heinz Hargesheimer(Heinrich Fähmel en 1934)
Martha Staendner(Johanna Fähmel en 1964)
Danièle Straub(Johanna Fähmel en 1934)
Joachim Weiler(Joseph Fähmel)
Eva-Maria Bold(Ruth)
Hiltraud Wegener(Marianne)

Bibliographie

Synopsis

Robert Famhel, 40 ans, architecte, avait en 1934 18 ans. Lycéen, il est amené par son ami, Schrilla, d'origine israélite, à participer à une conjuration contre les actes de terreur de leur maître de gymnastique, Vacomo, et de leur camarade d'école, Nettlinger, qui font partie de la police auxiliaire. Dénoncé, puis torturé, il doit, comme son ami Schrilla, fuir en Hollande. C'est seulement à présent, plus de vingt ans après, que Schrilla revient en Allemagne, et Nettlinger, qui est devenu entre temps directeur ministériel, doit le faire sortir de prison, son nom étant toujours sur la liste des recherchés. Robert, lui, avait pu revenir, au bout de deux ans, ses parents ayant obtenu une amnistie sous certaines conditions. Son père, Henrich Fahmel, a aujourd'hui 80 ans. Architecte célèbre, jeune officier en 1914, il n'avait pas été touché par la première guerre mondiale : sa femme, Johanna, le fut par contre violemment. Elle n'a pu supporter tout ce qui s'est passé depuis et, lors d'une parade militaire, consciente des dangers que court encore l'Allemagne, elle tire sur un notable actuel qui pourrait devenir le responsable de la mort de son petit-fils plutôt que de viser Nettlinger, responsable de la mort d'un de ses fils. Par ce geste, elle tente symboliquement d'arrêter le processus de la violence organisée.
© Les fiches du cinéma 2003
Logo

Exploitation