Sirokko (1969) Miklós Jancsó

Sirocco d'hiver

Pays de productionHongrie ; France
Sortie en France18 novembre 1970
Procédé image35 mm - Couleur
Durée80 mn
>> Rechercher "Sirokko" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurMiklós Jancsó
Assistant réalisateurPhilippe Haudiquet
Assistant réalisateurFerenc Grünwalsky
Assistant réalisateurZsolt Kezdi-Kovacs
Assistant réalisateurLaszlo Szabo
Assistant réalisateurAndrás Szurdi
ScénaristeFrancis Girod
ScénaristeGyula Hernádi
ScénaristeMiklós Jancsó
ScénaristeJacques Rouffio
Société de production Mafilm (Budapest)
ProducteurJacques Charrier
Producteur exécutifOttó Föld
Directeur de productionJózsef Bajusz
Directeur de la photographieJános Kende
CadreurMihály Benyó
Ingénieur du sonPierre Lenoir
Ingénieur du sonGyörgy Pintér
Compositeur de la musique originaleTihamér Vujicsics
Directeur artistiqueTamás Banovits
DécorateurTamás Banovich
DécorateurTibor Nell
CostumierZsuzsa Vicze
MaquilleurÁbrisné Basilides
MaquilleurJózsefné Gulcsik
MaquilleurLilla Petrovai
MaquilleurOttilia Pásztory
MonteurZoltán Farkas
ScriptYvette Biro

générique artistique

Jacques Charrier(Marko)
Marina Vlady(Maria)
Ewa Swann(Ilona)
Philippe March(Kovacs)
József Madaras(Markovics)
Istvan Bujtor(Tarro)
Pascal Aubier(Tihomir)
Barna Basilides
Claude Beausoleil
György Bordás
Michel Delahaye
Lajos Fazekas
Gáspár Ferdinándy
Géza Ferdinándy
Peter Fodor
Philippe Haudiquet
Levente Hidvégi
László Horváth
Vilmos Izsóf
Gaborne Jakab
József Konrád
Balázs Kosztolányi
Zoltán Kovács
András Kozák
Marton Kulinyi
Tibor Orbán
Mihály Papp
József Pecsenke
Georg Pintér
Géza Polgár
Françoise Prévost
Ida Siménfalvy
Laszlo Szabo
Denes Szunyogh
Tibor Tóth
Gyozo Varga
Sztojan Vujicsics
Tihamér Vujicsics

Bibliographie

Synopsis

1934, en Hongrie. Des patriotes serbo-croates, surnommés « Ousta-chis » fomentent, sous la direction d'Ante Palevic, l'attentat qui quelques mois plus tard, le 9 octobre 1934, trčs exactement, coűtera la vie ŕ Alexandre de Yougoslavie. Marko Lazar, lui aussi, s'est réfugié en Hongrie. Les autorités l'accueillent en héros. Deux femmes, Maria et Ilona, mystérieuses, irréelles, liées l'une ŕ l'autre par un amour trouble, lui sont attachées. Pourtant Marko sent l'insécurité le gagner : autour de lui pullulent les traîtres, les faux patriotes, les faux gardes du corps, les faux innocents, les faux coupables. Son esprit, constamment sur le qui vive, traque, questionne, provoque. Mais une fois les aveux obtenus,les pičges démasqués, demeurent la peur insidieuse, l'appréhension, la solitude, le chaos. L'« Organisation » ne peut admettre qu'un homme, libre de toute entrave, demande des comptes, refuse son autorité et poursuive, seul, son chemin vers la liberté. Aussi décide-t-elle d'abattre Marko Lazar, idéaliste trop encombrant. Car mieux vaut un héros mort qu'un individualiste vivant.
© Les fiches du cinéma 2003
Logo

Exploitation