La Giornata balorda (1960) Mauro Bolognini

Ca s'est passé à Rome

Pays de productionItalie ; France
Sortie en France04 janvier 1961
Procédé image35 mm - NB
Durée102 mn
>> Rechercher "La Giornata balorda" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurMauro Bolognini
Assistant réalisateurLuigi Bazzoni
Assistant réalisateurFranca Modiano
Assistant réalisateurGuy Seligmann
ScénaristeAlberto Moravia
ScénaristePier Paolo Pasolini
Auteur de l'oeuvre originaleAlberto Moraviad'après les nouvelles "Racconti romani" et "Nuovi racconti romani"
AdaptateurPier Paolo Pasolini
AdaptateurAlberto Moravia
AdaptateurMarco Visconti
Société de production Produzioni Intercontinentali (Roma)
Société de production EIA - Euro International Film (Roma)
Société de production Transcontinental Films
ProducteurPaul Graetz
Directeur de productionVittorio Musy Glori
Distributeur d'origine UFA-Comacico (Paris)
Directeur de la photographieAldo Scavarda
CadreurRino Bernardini
Ingénieur du sonMario Faraoni
Compositeur de la musique originalePiero Piccioni
DécorateurCarlo Egidi
CostumierPier Luigi Pizzi
MaquilleurThea Boggiatto
MonteurNino Baragli
Photographe de plateauAngelo Pennoni

générique artistique

Jean Sorel(Davide Seraceno)
Lea Massari(Freja)
Jeanne Valérie(Marina)
Paolo Stoppa(Alberto Moglie)
Rik Battaglia(Carpiti)
Valeria Ciangottini(Ivana)
Isabelle Corey(Sabina)
Marcella Valeri(Sora Tosca)
Irene Aloisi
Enrico Glori
Elvy Lissiak

Bibliographie

Synopsis

Dans un quartier populaire et misérable, au milieu d'une incroyable promiscuité, deux adolescents s'aiment et un bébé vient de naître de cet amour. Elle, Ivana, encore une enfant, est douée et résignée. Lui, David, désire bien se marier, mais pour cela, il faudrait qu'il puisse faire vivre la mère et l'enfant. 50 000 lires seraient nécessaires pour qu'il puisse racheter une charge de débardeur. Une longue recherche commence. David va d'abord demander à son oncle de lui avancer l'argent, mais celui-ci s'en débarrasse avec une lettre de recommandation pour un de ses amis. L'ami à son tour l'adresse à un autre, lequel l'envoie à un avocat, Maître Moglie. Dans l'immeuble où habite ce dernier, un locataire est mort ; le cadavre repose seul dans l'appartement grand ouvert, et David a le temps d'apercevoir au doigt du défunt un diamant qui, sur la dépouille, semble dérisoire. L'avocat, lui aussi, remet à David une lettre pour un de ses amis. Las et découragé, David rencontre Marina, une jeune manucure, et l'empêche de se rendre chez une cliente, en réalité l'avocat, nous le saurons vite. Les deux jeunes gens s'enlacent, puis une habile mise en scène oblige Moglie à procurer du travail au garçon. Voilà David convoyeur pour le compte d'un fabricant d'huile d'olive falsifiée ; il n'apprend qu'ensuite ce dernier détail, confirmé par Sabine, la maîtresse du patron. Elle l'a rejoint en route chargée de brûler accidentellement le camion auquel s'intéresse trop la police. Entre temps, dans une pinède, Sabine et David ont consenti au goût qu'ils ressentent l'un pour l'autre. Ecoeur profondément, David rentre à Rome : il n'y a plus d'autre solution pour lui que de voler la bague du mort. Ivana n'ose pas trop poser de questions lorsque David lui apporte enfin les 50 000 lires qui vont leur assurer la « liberté », c'est-à-dire la possibilité d'entrer à leur tour dans tout ce jeu de compromissions.
© Les fiches du cinéma 2003
Logo

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 06 juin 1960

Lieux de tournage