Guendalina (1956) Alberto Lattuada

Pays de productionItalie ; France
Sortie en France04 octobre 1957
DistributeurTamasa Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "Guendalina" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurAlberto Lattuada
Assistant réalisateurJean Blondel
Assistant réalisateurGraziolina Campori
ScénaristeLeo Benvenuti
ScénaristePiero De Bernardi
ScénaristeAlberto Lattuada
ScénaristeJean Blondel
Auteur de l'oeuvre originaleValerio Zurlini
Société de production Carlo Ponti Cinematografica (Roma)
Société de production CEI-Incom (Roma)
Société de production Les Films Marceau (Paris)
ProducteurCarlo Ponti
Producteur exécutifDino De Laurentiis
Directeur de productionAntonio Altoviti
Directeur de productionNello Meniconi
Directeur de la photographieOtello Martelli
CadreurIdelmo Simonelli
Ingénieur du sonMario Amari
Ingénieur du sonPaolo Uccello
Compositeur de la musique originalePiero Piccioni
DécorateurMaurizio Serra
CostumierOrietta Nasalli-Rocca
MaquilleurGiuliano Laurenti
CoiffeurElda Magnanti
MonteurEraldo Da Roma
MonteurLeo Cattozzo
ScriptMario Di Biase
ScriptInes Bruschi
RégisseurAlessandro von Norman

générique artistique

Jacqueline Sassard(Guendalina Redaelli)
Raf Vallone(Guido, le père de Guendalina)
Sylva Koscina(Francesca Readelli)
Raf Mattioli(Oberdan Pancani)
Leda Gloria(la mère d'Oberdan)
Lilli Cerasoli(Bianchina Norman)
Enzo Cerusico(le facteur)
Giancarlo Cobelli(le barbier)
Antonio Mambretti(l'industriel)
Carla Gravina(une amie)
Fanny Landini
Loretta Capitoli
Leonardo Botta
Flavia Solivani
Tonino Cianci
Decimo Cristiani
Titti Fabiani
Nadia Scarpitta
Piero Malò
Emanuele Pantanella
Geronimo Meynier
Fiammetta Lovatelli
Patrizia Lari
Fiorella Lavelli

Bibliographie

Synopsis

Fin de vacances à Viareggio, la plage mondaine de la Riviera italienne ; les bandes de jeunes se dispersent. Sevrée de ses flirts innocents et de la compagnie de ses camarades, Guendalina, une adolescente de quinze ans, attend de partir voyager en Suisse avec ses parents. Mais ceux-ci sont sur le point de divorcer ; lorsqu'elle apprend la chose, Guendalina, indulgente pour un père trop infidèle, reproche à sa mère son rigorisme et son ennuyeuse vertu. Esseulée, la jeune fille retrouve une compagnie dans le neveu du maître baigneur, Oberdan, un étudiant qui prépare la seconde session du bachot. D'abord, elle ne le considère que comme un passe-temps et se montre avec lui désinvolte, égoïste, blessante, capricieuse. Mais très vite la droiture, la bonté, la constance d'Oberdan l'attachent très fort à sa conquête. La mère de Guendalina, absorbée par sa procédure de divorce, se contente d'interdire à sa fille de fréquenter le jeune homme issu d'une famille modeste, qui ne voit pas non plus sans alarme cet amour juvénile pour une enfant gâtée. Guendalina souffre dès lors pour, et par son amour et comprend mieux sa mère sans pour autant cesser de donner la préférence à son père. Elle se dévoue tant qu'elle peut à Oberdan, l'aidant à sa manière à préparer l'examen. Il semble que ce bonheur précaire ne doive jamais finir. Un jour pourtant le père revient. Guendalina réussit à le réconcilier avec sa mère sans pour autant le rendre plus fidèle. Et comme il vient d'être nommé à Londres, toute la famille ira s'y installer. Le déjeuner qu'il offre à Guendalina et à Oberdan après le succès de ce dernier au baccalauréat sera le dernier souvenir heureux des jeunes gens. Ils ont cru un instant que grâce aux parents, le bonheur était possible. Dans le train, à l'écart du couple réconcilié et souriant, Guendalina pleure son amour, tandis que sur le quai Oberdan, les yeux noyés, réalise avec peine le départ de son amie.
© Les fiches du cinéma 2003
Logo

Exploitation