Anima persa (1976) Dino Risi

Ames perdues

Pays de productionItalie ; France
Sortie en France23 mars 1977
Procédé image35 mm - Couleur
Durée102 mn
>> Rechercher "Anima persa" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurDino Risi
Assistant réalisateurClaudio Risi
Auteur de l'oeuvre originaleGiovanni Arpinod'après le roman "Un anima persa"
AdaptateurBernardino Zapponi
AdaptateurDino Risi
Société de production Dean Film (Roma)
Société de production Les Productions Fox-Europa (Paris)
ProducteurPio Angeletti
ProducteurAdriano De Micheli
Directeur de productionMario D'Alessio
Distributeur d'origine Fox-Lira
Directeur de la photographieTonino Delli Colli
CadreurVittorio Massi
Ingénieur du sonVittorio Massi
MixeurRomano Checcacci
Compositeur de la musique originaleFrancis Lai
DécorateurLuciano Ricceri
CostumierLuciano Ricceri
MaquilleurGiulio Natalucci
MaquilleurAlfonso Golapour Catherine Deneuve
CoiffeurGiuseppina Bovino
MonteurAlberto Gallitti
ScriptBéatrice Banfi
Photographe de plateauHuguette Roux

générique artistique

Vittorio Gassman(Fabio Stolz)
Catherine Deneuve(Elisa Stolz)
Danilo Mattei(Tino)
Anicée Alvina(Lucia)
Ester Carloni(Annetta)
Michele Capnist(le duc)
Gino Cavalieri(Santini)
Aristide Caporale(l'habitué du café)

Bibliographie

Périodiques

Synopsis

Un adolescent, Tino, vient étudier la peinture à Venise et s'installe chez un oncle éloigné, d'origine autrichienne, Fabio Stolz. Celui-ci vit avec sa femme Elisa dans un palais luxueux, partiellement abandonné. C'est un homme d'affaires rigoriste, qui peste contre le laisser-aller de la jeunesse actuelle et ce n'est pas à lui que Tino, qui entend, la nuit, des bruits bizarres au-dessus de sa chambre, oserait se confier. Un jour, la bonne, Annetta, lui révèle l'existence d'un frère de Fabio, Berto, ancien professeur de sciences naturelles, qui, devenu fou, vit enfermé depuis des années dans une pièce condamnée. II ne voit personne, sauf son frère qui le nourrit et le soigne. Dans ses investigations Tino découvre une chambre de petite fille pleine de vêtements et de jouets, et un carnet d'écolière au nom de Beba. Interrogée, Elisa, que Fabio traite tyranniquement, explique à l'adolescent que Beba était sa fille d'un premier mariage. Berto, tombé amoureux d'elle, avait acculé la fillette au suicide. Depuis, son remords l'avait rendu fou. Fabio, lui, a une autre version : c'est Elisa qui, jalouse de l'affection portée par Berto à Beba, aurait laissé l'enfant sans soin jusqu'à ce qu'elle meurt. De plus en plus intrigué par les secrets que contient cet inquiétant palais vénitien qui le met mal à l'aise, Tino ne tarde pas à apprendre que son oncle Fabio ne travaille nullement à la Compagnie du Gaz comme il le prétend, mais passe son temps en beuveries et en visites aux tripots de la ville. Cette découverte n'est rien encore auprès de la révélation qui l'attend : Fabio et Berto ne sont qu'une seule et même personne. Quant à Elisa, qui n'est autre que Beba, elle se complaît, habillée en petite fille, à pénétrer dans les phantasmes du dément à la double personnalité. Tino décide alors de quitter ce monde déliquescent en disant adieu à une jeune modèle, rencontrée à l'école de dessin : la reverra-t-il un jour.
© Les fiches du cinéma 2003
Logo

Exploitation