E venne un uomo (1965) Ermanno Olmi

[Et vint un homme]

Pays de productionItalie
Procédé image35 mm - Couleur
Durée90 mn
>> Rechercher "E venne un uomo" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurErmanno Olmi
Assistant réalisateurMaria Teresa Girosi
ScénaristeErmanno Olmi
ScénaristeVincenzo Labella
Auteur de l'oeuvre originaleAngelo Giuseppe Roncallid'après l'ouvrage "Il giornale dell'anima"
Société de production Sol Produzione
ProducteurVincenzo Labella
Directeur de productionGaspare Palumbo
Directeur de la photographiePiero Portalupi
CadreurIdelmo Simonelli
Ingénieur du sonVenanzio Biraschi
Compositeur de la musique originaleFranco Potenza
Créateur des décorsEnnio Michettoni
DécorateurEnnio Michettoni
MonteurCarla Colombo

générique artistique

Rod Steiger(l'intermédiaire)
Adolfo Celi(Monseigneur Radini Tedeschi)
Giorgio Fortunato(le secrétaire du nonce Roncalli
Ottone Candiani(le prêtre pécheur de Venise)
Alfonso Orlando(le curé)
Alberto Rossi(Angelo Roncalli à sept ans)
Giovanni Rossi(Angelo Roncalli à dix ans)
Fabrizio Rossi(Angelo Roncalli à quatre ans)
Pietro Germi(le père d'Angelo)
Rita Bertocchi(la mère d'Angelo)
Antonio Bertocchi(Oncle Xavier)
Antonio Ruttigni(le père Pierre, prêtre de Carviso)

Bibliographie

Synopsis

S'Inspirant surtout du célèbre "Journal d'une âme", cahier intime d'Angelo Roncalli, le film d'Ermanno Olmi retrace l'itinéraire humain et spirituel de celui qui devint Jean XXIII, le pape de la bonté, de la paix. Deux parties distinctes composent cette évocation du secret d'une destinée et de la vie intérieure d'un homme exceptionnel.|#Première partie : nous découvrons le village de Sotio-il-monte, près de Bergame, avec la douceur et la fraîcheur de des paysages, la simplicité laborieuse des paysans. Un personnage anonyme, sans référence à l'habillement ni à l'aspect physique d'Angelo Roncalli, sorte de "médiateur", va nous introduire dans cette recherche des lieux, des objets et des personnes ayant touché de près le futur pape Jean XXIII. Grâce à cet intermédiaire inattendu mais discret, nous revivons par l'intérieur la prestigieuse ascension d'une âme : l'enfance au village, l'adolescence modeste et studieuse à Varvico, à Bergame, et au séminaire pontifical de Rome ; après l'ordination sacerdotale, voici la charge de secrétaire de l'évêque de Bergame, un prélat qui a le sens social, prenant parti pour les ouvriers en grève. La guerre survient et l'abbé Roncalli est affecté, comme brancardier, dans les services de Santé. Bientôt il est élevé à la dignité épiscopale et est nommé visiteur apostolique en Bulgarie, puis légat en Turquie. A la fin de la deuxième guerre, en 1944, il devient nonce à Paris ; puis Cardinal, Patriarche de Venise. Il quittera la cité des Doges pour devenir le « pape Jean ».|#La deuxième partie propose quelques documents tirés des actualités cinématographes, retraçant à grands traits les principaux événements de son pontificat.
© Les fiches du cinéma 2003
Logo

Exploitation