L'Amour des femmes (1981) Michel Soutter

Pays de productionSuisse ; France
Sortie en France 1982
>> Rechercher "L'Amour des femmes" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurMichel Soutter
Assistant réalisateurPascal Cochin
Assistant réalisateurGérard Ruey
ScénaristeMadeleine Chapsal
ScénaristeAnne-Marie Miéville
ScénaristeMichel Soutter
DialoguisteMichel Soutter
Société de production Film et Video Productions (Lausanne)
Société de production LPA - Les Productions Audiovisuelles
Société de production RTS - Radio Télévision Suisse (Genève ; Lausanne)
Directeur de productionEdouard Borgatta
Distributeur d'origine Gerick Films
Directeur de la photographieHans Liechti
Ingénieur du sonRené Sutterlin
Compositeur de la musique originaleJacques Dalcroze
Compositeur de la musique originalePatrick Juvet
Compositeur de la musique originaleBérangère Mastrangelo
Compositeur de la musique originaleRobert Schumann
MonteurJean-Louis Gauthey
MonteurNicole Lubtchansky

générique artistique

Jean-Marc Bory(Bruno)
Pierre Clémenti(Philippe)
Heinz Bennent(Manfred)
Jean-Pierre Malo(Paul)
Aurore Clément(Zoé)
Anne Bennent(la fausse Italienne)
Séverine Bujard(Sonia)
Armand Deladoey
Nicole Die
Marie-Luce Felber
William Jacques
Anne Lonnberg(Hélène)
Bérangère Mastrangelo
Simon Soutter
Hilde Ziegler(Inge)

Bibliographie

Synopsis

Genève. Trois hommes. Bruno, le plus âgé, architecte, vit avec sa femme Hélène une relation orageuse, injurieuse. Pourtant Hélène voudrait un enfant de lui, pour donner la vie car, dit-elle, elle est du côté de la vie. Philippe, lui, journaliste à la pige, vit avec Sonia un amour tendre, intelligent. En fait, il rêve et écrit l'amour plus qu'il ne le vit. Sonia souffre de ses absences jusqu'au jour où elle lui fait comprendre que tout est fini entre eux. Paul, l'assistant de Bruno, est le plus jeune et le plus volage des trois amis. Il vit des amours de rencontre, comme avec cette petite fille qui, dans la rue, lui demande un renseignement, se faisant passer pour une Italienne. Il affecte parfois une vulgarité, voire un cynisme, à l'égard des femmes, qui étonnent Philippe. Dans un bar, celui-ci et Bruno rencontrent Manfred, ancien professeur, qui leur parle de son amour pour Inge et se dit maintenant arbitre de football... arbitre des existences!... Les quatre hommes vont se retrouver à Bâle à l'occasion d'un match de football que Paul tenait tant à voir. Un voyage en voiture au cours duquel Paul fait la connaissance de Zoé, serveuse dans un restaurant en bordure de route, qui lui propose de rester. Il ne peut pas quitter ses amis comme ça, mais au retour... peut-être... A l'arrivée à Bâle, le match est déjà commencé. Pendant que Paul rejoint les gradins, Bruno et Philippe partent au devant de Manfred, s'apercevant alors, grâce à un téléviseur dans une vitrine, que c'est lui qui arbitre le match. A l'issue de celui-ci, Manfred se révèle être un homme seul. Il les quitte, prenant le bac pour - symboliquement - traverser le fleuve... Sur la route du retour, Paul décide de rester auprès de Zoé, l'aidant à essuyer les derniers verres de la journée, et laissant partir son patron Bruno, seul dans la nuit, tandis que Philippe reste aussi, assis au pied d'un arbre, dictant à son magnétophone de poche: "Je dis à l'infini douceur, douceur..."
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation