Un soir, un train (1967) André Delvaux

Pays de productionFrance
Procédé image35 mm - Couleur
>> Rechercher "Un soir, un train" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurAndré Delvaux
Auteur de l'oeuvre originaleJohan Daisne
DialoguisteAndré Delvaux
Société de production Parc Film (Paris)
Société de production Les Films du Siècle (Paris)
Société de production Les Productions Fox-Europa (Paris)
ProducteurMag Bodard
Directeur de productionPhilippe Dussart
Directeur de la photographieGhislain Cloquet
Ingénieur du sonAntoine Bonfanti
Compositeur de la musique originaleFrédéric Devreese
DécorateurClaude Pignot
MonteurSuzanne Baron

générique artistique

Yves Montand(Mathias)
Anouk Aimée(Anne)
François Beukelaers(Val)
Hector Gammerlynk(Hernhutter)
Adriana Bogdan(Moïra)
Nicole Debonne(La femme dans le train)
Domien De Gruyter(Werner)
Jacqueline Royaards-Sandberg(La grand-mère)
Senne Rouffaer(Elkerlyk)
Denise Zimmerman(L'étudiante)
Jan Peré(la mort)
Frédéric Devreese(le copain)
Michael Gough(Jérémiah)
Catherine Dejardin(la soeur)
Patrick Conrad(le maître d'hôtel)
Wilfrid Coppens(le garçon du train)
Fardjad Azad(l'étranger)
Ersta von Langendonck(fille dans le train)
Albert Belge(le collègue)

Bibliographie

Synopsis

La province flamande à l'automne. Mathias est un professeur de linguistique âgé d'un peu plus de quarante ans. Il a pour maîtresse Anne qu'il connaît depuis plusieurs années et qui a tout quitté pour lui. Mathias lui a trouvé un travail : elle est créatrice de costumes pour une troupe théâtrale. Mais ce qu'il ignore, c'est qu'Anne est loin d'être tout à fait heureuse. D'abord elle se sent perdue ici dans cette terre étrange, dont les conflits même (les querelles linguistiques entre flamands et francophones) ne la concernent pas. Sa délicatesse, sa sensibilité sont d'autre part heurtées par une sorte d'égoïsme latent de Mathias qu'accentue son rationalisme un peu étroit. A la veille de partir pour un bref voyage à l'occasion d'une conférence qu'il doit donner dans une université voisine, Mathias se dispute avec Anne qui rebrousse chemin. Mais, une fois installé dans le train, Mathias a la surprise de la voir arriver. Elle n'a pas voulu qu'il parte sans que se soit dissipé le malentendu qui les a éloignés l'un de l'autre. Durant le voyage, Anne et Mathias, qui ne sont pas assis l'un à côté de l'autre, car le wagon était déjà presque plein quand Anne est arrivée, sont assaillis par des souvenirs divers, favorisés par la fatigue et une légère somnolence. Brusquement, Mathias se réveille : la place d'Anne est vide. Il court dans les couloirs, descend un moment du train en compagnie d'un collègue qu'il vient de rencontrer ; sur le quai, un étudiant se demande où il se trouve. Mathias ne peut répondre. Le train repart avant que Mathias et son collègue aient pu remonter. Les deux professeurs et l'étudiant sont alors contraints de passer la nuit ensemble, près d'un feu de bois dans la campagne déserte. Mathias ne peut penser, qu'à Anne dont il ne cesse de parler. Les trois hommes partent vers le village le plus proche, assez désert lui aussi. De rares passants fuient à leur approche. Mathias et ses compagnons les suivent dans un cinéma où l'on projette un étrange film de parachutisme, puis dans un café où personne ne semble comprendre leurs paroles. Le jeune étudiant se met soudain à danser avec la serveuse. Tous les clients fuient. Mathias s'élance vers la femme, et défaille. Il se retrouve non loin des rails du train, où a eu lieu un grave accident. Mathias, reprenant conscience, n'a rien. Hagard, il se dirige vers le cadavre d'Anne, recouvert d'une couverture.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation