Flammes sur l'Adriatique (1967) Alexandre Astruc

Pays de productionFrance ; Yougoslavie
Sortie en France 1968
>> Rechercher "Flammes sur l'Adriatique" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurAlexandre Astruc
ScénaristeMesa Selimovic
DialoguisteJean Curtelin
Société de production Les Films de La Boétie
Directeur de la photographieJean-Jacques Rochut
Compositeur de la musique originalePierre Jansen
MonteurGinette Boudet
MonteurJacques Gaillard

générique artistique

Claudine Auger(Mirjana)
Antonio Passalia(Serge)
Raoul Saint-Yves(Dr Baric)
Tatjana Beljakova(Veronica)
Gérard Barray(Michel)
Relja Basic(le capitaine)
Branko Spoljar

Bibliographie

Synopsis

En avril 1941, après avoir vaincu l'Europe de l'Ouest, l'Allemagne menace les frontières de Yougoslavie. Le destroyer « Zagreb » reçoit l'ordre de rejoindre la flotte royale. En cours de route, le commandant annonce que les hostilités sont ouvertes et, de fait, le destroyer est attaqué par les avions nazis qui l'endommagent. Dans les machines dont le lieutenant Michel est chargé, il faudrait changer une pièce, mais où et comment la trouver ? Le lieutenant emprunte, pour aller plus vite, la voiture d'une jeune fille dont le père vient d'être fusillé et qui fuit elle-même la Gestapo. Finalement, Michel ramène à bord la lourde pièce indispensable. Or, pendant son absence, l'avarie a été mal réparée, et le bâtiment risque de sauter. La réparation a été effectuée par un lieutenant ami de Michel, Serge Conrad. Le commandant du navire semble manifestement dépassé par les événements tandis que le capitaine Popovic se comporte d'une façon ambiguë. L'armistice survient. Le commandant reçoit de l'Amirauté l'ordre de gagner le port de Kortchoula pour être désarmé et remis aux autorités allemandes. Michel pousse le commandant à la résistance en lui rappelant un accord de février stipulant qu'en cas de défaite, le « Zagreb » devait rejoindre la flotte anglaise à Malte. Le commandant refuse de désobéir à l'Amirauté. Le lieutenant Michel essaie de susciter une rébellion sur le destroyer, mais le capitaine Popovic intervient et Michel est jeté à fond de cale. Peu de temps après, une vedette nazie vient prendre possession du bâtiment que le capitaine Popovic, collaborateur nazi, livre à l'ennemi. L'équipage est emmené prisonnier. Quant à Michel, il sera fusillé le lendemain à l'aube. Le lieutenant Serge Conrad, grâce à la complicité de la jeune fille dont Michel avait emprunté la voiture, réussit à la nage à regagner le destroyer. Il y retrouve Michel et tous les deux sabotent le navire en y ouvrant des voies d'eau. Quand les Allemands s'en aperçoivent, il est trop tard. Sous les yeux de la jeune fille qui, de la rive, regarde le spectacle, le destroyer explose. Les deux lieutenants sont victimes de leur dévouement. Popovic et les Allemands disparaissent dans la catastrophe.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation