Le Bois des amants (1960) Claude Autant-Lara

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France03 août 1960
Procédé image35 mm - NB
Durée96 mn
>> Rechercher "Le Bois des amants" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurClaude Autant-Lara
Assistant réalisateurGhislaine Auboin
Assistant réalisateurCharles Pozzo di Borgo
ScénaristeJacques Rémy
ScénaristeRené Hardy
Auteur de l'oeuvre originaleFrançois de Cureld'après la pièce "Terre inhumaine"
DialoguisteAlbert Husson
DialoguisteGhislaine Auboin[non créditée]
Société de production Hoche Productions (Paris)
Société de production Da. Ma. Cinematografica (Roma)
ProducteurRay Ventura
Directeur de productionYves Laplanche
Distributeur d'origine Cocinor - Comptoir Cinématographique du Nord
Directeur de la photographieJacques Natteau
CadreurGilbert Chain
Opérateur steadycamHenri Thibault
Ingénieur du sonRené-Christian Forget
Compositeur de la musique originaleRené Cloërec
DécorateurMax Douy
CostumierJacques Cottin
MaquilleurYvonne Fortuna
MonteurMadeleine Gug
ScriptClaude Vériat
RégisseurHenri Jaquillard
Coordinateur des effets spéciauxHenri Assola
Coordinateur des effets spéciauxJacques d' Ovidio

générique artistique

Laurent Terzieff(Charles Parisot)
Erika Remberg(Herta von Stauffen)
Horst Frank(le colonel von Stauffen)
Françoise Rosay(Madame Parisot)
Gert Froebe(le général)
Monique Bertho(Jeannette)
Jean Verner(l'interprète)
Lutz Gabor(le lieutenant Müller)
Richard Larke(le lieutenant instructeur de la RAF)
Louis Saintève(le curé)
Claude Vernier(un soldat allemand)
Marcel Bernier(un soldat allemand)
Jimmy Perrys(Ernest, un cheminot)
Charles Bayard(le passager du train)
Albert Daumergue(le sommelier)
Gottfried John(le téléphoniste)
Roland Malet(un officier allemand)
Raymond Pierson(un officier allemand)
Claude Farrel
Jonny Jendrich
Christian Melsen
Victor Tabournot

Bibliographie

Synopsis

La comtesse Herta von Stauffen, du corps militaire féminin allemand, débarque dans une gare aux environs de Brest l'après-midi du 24 décembre 1942. Privée de son mari depuis longtemps, elle a fait cette folie pour réveillonner avec lui ; mais le colonel est en service et elle ne peut que l'apercevoir entre deux portes - et le Général exige qu'elle reprenne le premier train du lendemain. Pour la loger, une seule chambre est libre pour la réquisition, dans la maison isolée de Mme Parisot. Herta s'y rend et, en dépit de l'hostilité sourde de son hôtesse, se met en devoir d'installer le réveillon. A Londres pendant ce temps, Charles Parisot, marin demeuré aux F.F.L., prépare son parachutage sur le continent, dans son propre pays, pour régler un bombardement sur la base des sous-marins de Brest. Et c'est ainsi qu'il surgit dans la maison de sa mère, tandis que celle-ci est à la messe de minuit : il a dû égorger un soldat en patrouille à son arrivée au sol et l'alerte est donnée : toutes les troupes de la région sont à ses trousses ; le colonel von Stauffen est chargé de la capture, ce qui l'empêche de rejoindre sa femme. D'abord par prudence, puis par une espèce de curiosité mêlée de désir charnel, Charles reste à surveiller l'Allemande qui, lors de la fouille de la maison par une patrouille ne le livre pas. Et en dépit des remarques acerbes de sa mère, le jeune homme passera la nuit avec Herta, bavardant sur leur passé, leur rencontre et le néant de cet amour qu'ils sentent monter en eux. Ils finissent par s'endormir sur le même lit en se tenant par la main. A son réveil, Charles pense à enfin posséder cette attirante jeune femme ; mais c'est le moment du bombardement : il ne peut que guider les vagues de bombardiers jusqu'à ce qu'on vienne le chercher pour regagner Londres, si possible. Herta, découvrant sa mission, lui crie son horreur. Un officier allemand arrive : ce n'est pas son mari, mais un Alsacien qui vient convoyer Charles. Celui-ci, qui a constaté l'inutilité de son travail car les bombardiers arrosent aussi les civils, s'insurge et veut rester avec sa conquête. L'Allemande, affolée par sa conduite et par le bombardement, cherche à s'enfuir et est abattue par Mme Parisot. Charles la remonte sur le lit de sa chambre lorsqu'une bombe incendiaire vient anéantir la maison et ses occupants.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 22 janvier 1960
Fin : 18 mars 1960

Lieux de tournage