D'amour et d'eau fraîche (1975) Jean-Pierre Blanc

Pays de productionFrance
Sortie en France 1976
DistributeurGaumont (source : ADRC)
>> Rechercher "D'amour et d'eau fraîche" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurJean-Pierre Blanc
ScénaristeJean-Pierre Blanc
Société de production Productions 2000
Producteur associéOlivier Dassault
Producteur associéAlbert Pottier
Distributeur d'origine Gaumont Distribution
Directeur de la photographieEdmond Séchan
Ingénieur du sonAlain Sempé
MixeurJacques Maumont
Compositeur de la musique originaleMichel Bernholc
DécorateurClaude Moesching
CoiffeurAlice Salomon
MonteurCatherine Michel

générique artistique

Julien Clerc(Jip)
Annie Girardot(Mona)
Sylvain Choquet(Boris)
Miou-Miou(Rita)
Jean-Pierre Darras(Clément)
Cerise
Robert Dalban
G. Garey
Jean Yanne

Bibliographie

Synopsis

La différence d'âge qui le séparait de sa maîtresse n'avait jamais semblé un obstacle insurmontable à Jip avant sa rencontre avec la jeune et jolie Rita. Jusque là, il avait toujours apprécié le confort bourgeois et la bonne chère que lui offrait Mona, son aînée de vingt ans. Mais les plats n'avaient plus, à présent, la même saveur, ni les fauteuils, le même agrément qu'auparavant. Jip était amoureux. Rita ne l'était pas moins de ce garçon docile et rêveur dont les seules ressources semblaient venir des leçons de piano qu'il donnait à droite et à gauche. Ils décidèrent de vivre ensemble. Rita apporta ses goûts "rétro", sa bohême et sa fantaisie. Jip se contenta d'être lui-même, toujours indécis et souvent "dans la lune". Quand Mona se désespéra, le couple était déjà sur les routes en quête de lumière et de soleil. Mais, en raison des dangers de la circulation, ils abandonnèrent leur automobile pour le train, qu'ils quittèrent également au récit de la dernière catastrophe ferroviaire que leur fit une passagère. Et c'est à pied, après avoir goûté de l'autocar et de ses périls, qu'ils arrivèrent dans le Midi, au bord de la mer. Là, ils vécurent heureux jusqu'à ce que la pluie les chasse et les ramène dans la capitale. Mais Jip ne put reprendre son piano ni Rita la confection de ses colliers. Pendant toute la maladie qui conduisit sa bien-aimée vers la mort, Jip veilla sur elle et lui prodigua mille soins, mais en vain! Au terme de cette terrible épreuve, Jip s'en retourna effondré chez Mona qui l'accueillit, le consola et lui fit reprendre ses chères habitudes, un instant oubliées...
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation

Tournage

Lieux de tournage