L'Agonie des aigles (1921) Dominique Bernard-Deschamps

Pays de productionFrance
Sortie en France03 février 1922
>> Rechercher "L'Agonie des aigles" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurDominique Bernard-Deschamps
Assistant réalisateurJulien Duvivier
Auteur de l'oeuvre originaleGeorges d' Esparbèsd'après le roman "L'Agonie des aigles"
AdaptateurDominique Bernard-Deschamps
AdaptateurJulien Duvivier
Société de production Société Française d'Art et de Cinématographie
Directeur de la photographieGeorges Asselin
Directeur de la photographie Ravet
Compositeur de la musique originaleLéon Moreau

générique artistique

Gaby Morlay(Lise Charmoy)
Séverin-Mars(Napoléon/le colonel de Montander)
Maxime Desjardins(le commandant Doguereau/le général Petit)
Gilbert Dalleu(Goglu)
Fernand Mailly(Chambruque)
Séverin-Mars(l'impératrice Marie-Louise)
Fernand Rauzéna(le roi de Rome)
Max Dartigny(Fortunat)
Legall(Fouché)
René Maupré(Pascal de Breuilly)
Henry Duval(le préfet de police)
Moreno(Metternich)
Renée Wilde
Thierry Angély

Bibliographie

Ouvrages

Périodiques

Synopsis

1821. Prisonnier à Sainte-Hélène, Napoléon se meurt. Les anciens grognards de la Grande Armée, traqués par le nouveau régime, et qu'on appelle les " demi-soldes ", préfèrent une existence misérable à l'allégeance au nouveau roi. Le colonel de Montander, de l'ex-garde impériale, reçoit de l'Empereur à Sainte-Hélène un message secret pour son fils, le duc de Reichstadt. Le colonel et deux de ses fidèles décident de se rendre à Schönbrunn, où est enfermé le roi de Rome, duc de Reichstadt. Ils rencontrent le fils de Napoléon, et lui apprennent " leur " vérité sur le règne de son père, en lui confiant le but de leur mission : ramener à celui-ci une mèche de ses cheveux... Ils sont mis en fuite par la garde du château. Parvenus à Sainte-Hélène, les officiers remettent la mèche à Napoléon agonisant, qui rend l'âme après avoir baisé les cheveux de son fils. Montander décide d'organiser une conspiration, avec des régiments qui sont dévoués à la cause impériale, pour prendre d'un seul coup les places fortes de la frontière et rétablir le fils de l'empereur sur le trône impérial. Alors qu'il essaie de recruter des hommes pour libérer le petit roi des prisons autrichiennes, Montander est dénoncé à la police. Le commandant Doguereau, qui n'est autre que l'un des chefs de la conspiration, reçoit l'ordre de l'arrêter. Montander a été dénoncé par le lieutenant de Breuilly, qui lui dispute les faveurs de Lise Charmoy, danseuse à l'Opéra italien. Doguereau décide de provoquer de Breuilly en duel, et le blesse mortellement. Il succombe dans les bras de Lise, qui jure de le venger. Pour cela, elle feint de tomber amoureuse du colonel, et après avoir découvert chez lui des éléments compromettants sur la conjuration, le dénonce à la police, qui encercle sa maison. Prévenus de la trahison, les conjurés se réunissent malgré tout, en prévoyant de se faire sauter après avoir détruit tous les documents pouvant impliquer leurs amis. Lise les rejoint, pour crier une dernière fois sa haine à Montander. Pour éviter qu'elle ne soit tuée, Montander et ses hommes se rendent plutôt que de se suicider. Ils sont jugés, et Lise, repentante, réclame pour eux l'indulgence du tribunal. Malgré tout, ils sont condamnés à mort et exécutés, tandis que l'Aiglon finira par mourir dans la solitude de sa prison.
Yves Desrichard © BiFi / Durante Editeur
Logo

Exploitation