Les Planqués du régiment (1983) Michel Caputo

Pays de productionFrance
>> Rechercher "Les Planqués du régiment" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurMichel Caputo
Assistant réalisateurYves Damoy
Assistant réalisateurJacques Gibert
Assistant réalisateurAnne-Marie Garcia
ScénaristeMichel Caputo
DialoguisteMichel Caputo
Société de production African Queen Productions
Société de production Les Films Jacques Leitienne (Paris)
Société de production Distra
Producteur déléguéGérard Wolf
Producteur déléguéBenjamin Ouahba
Directeur de productionGisèle Rébillon
Distributeur d'origine Les Films Jacques Leitienne (Paris)
Directeur de la photographieJacques Lefrançois
Ingénieur du sonJacques Gauron
Ingénieur du sonDominique Davy
MixeurJacques Julian
Compositeur de la musique originaleDaniel Longuein
DécorateurGabriel Jamet
DécorateurAlain Alexandre
Costumier Jocelyn Couturepour Marylise Morvan
MaquilleurChristiane Madrigali-Lefrançois
CoiffeurJacques Cottin
MonteurClaude Cohen
RégisseurJean Guillaume
RégisseurOlivier Berdy

générique artistique

Paul Préboist(le colonel)
Michel Modo(l'adjudant Badubec)
Jacques Préboist(le général)
Pierre Doris(le médecin chef)
Franck Capillery(Ferdinand)
Betty Champeval(Sylvie)
Jacques Couderc(le punk)
Daniel Derval(Jacques)
Dominique Erlanger(l'espionne russe)
Eddy Jabès(Adolphe)
Marilys Morvan(la femme du colonel)
Betty Chenteval(Sylvie)
Pauline Lafont(Christiane, l'infirmière)
Elisabeth Lafont(la patronne du café)
Jean-Marie Vauclin(le scientifique)
Elisabeth Ouahba(un enfant)
Philippe Wolf(un enfant)
William Wolf(un enfant)
Ticky Holgado(le militaire qui vient chercher des fleurs)
Paul Bisciglia
Marcel Gassouk
Allan Wenger
Jean Cherlian
Karmen Atias
Elisabeth Chadburn
Dominique Delpierre
Marie-Christine Demarest
Lucien Jérôme
Philippe Jourde
Fanny Magier
Isabelle Nanty
Jacqueline Noëlle
Alan Wenger

Bibliographie

Synopsis

Un jeune savant inventeur d'une bombe révolutionnaire doit dissimuler ses secrets de fabrication aux agents du K.G.B. Pour déjouer des poursuivants, il se mêle au contingent d'une récente incorporation. La caserne est dirigée par un colonel paternaliste et un adjudant autoritaire, Badubec. Quant aux soldats, cela va de l'obèse servile à l'homosexuel extraverti en passant par le punk alcoolique et le play-boy de banlieue. La gent féminine est constituée par la femme du colonel atteinte de nymphomanie chronique et d'une infirmière aussi mystérieuse que sexy. Cette dernière succombe au charme du jeune savant et l'isole dans la chambre des contagieux afin qu'il puisse perfectionner en toute quiétude ses formules explosives. C'est compter sans les espions russes qui mettent à profit la faiblesse de caractère de l'obèse pour lui confier le vol de la bombe. Malheureusement pour lui, le savant fabrique aussi des bombes à confettis pour le père d'une amie, marchand de farces et attrapes. Et, comme la bombe au TNT se cache dans un objet d'apparence identique, le transfuge dérobe évidemment la mauvaise bombe. Finalement, le jeune savant met au point une super-bombe enterrée dans un pot de fleurs. Elle est dérobée par l'infirmière, membre des services secrets américains. C'est l'émoi dans la caserne! Pour sauver l'honneur de ses troupes, le colonel tente une opération commando non sans s'être dopé avec force joints et litres de rouge. Ses hommes réussissent à récupérer l'engin et comptent le faire exploser lors de la prochaine visite du général en chef. Mais la bombe disparaît à nouveau, emportée par le soldat obèse dont la mère est fleuriste. Celle-ci la vend par inadvertance à un dictateur d'Amérique du Sud. La bombe serpentins-cotillons explosera donc sur le champ de manoeuvres devant un général proche de l'apoplexie.
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Videos

EditeurInitial Distribution Vidéo
DistributeurInitial Distribution Vidéo
Annee1995
FormatVHS - SECAM
PaysFrance
Nb/coul.Coul.
Durée89 minutes

Exploitation

Nombre total d'entrées en fin d'exclusivité (Paris)24690
Nombre de salles de sortie (Paris)23
Nombre de semaines d'exclusivité (Paris)2
Nombre d'entrée première semaine (Paris)19687