Candide (1960) Norbert Carbonnaux

Pays de productionFrance
Sortie en France16 décembre 1960
Durée88 mn
>> Rechercher "Candide" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurNorbert Carbonnaux
Auteur de l'oeuvre originale Voltaire
DialoguisteNorbert Carbonnaux
DialoguisteAlbert Simonin
Société de production C.L.M. Société de Production de Films de Long et Court-Métrage (Paris)
Directeur de productionAndré Deroual
Directeur de la photographieRobert Lefebvre
Ingénieur du sonJean Bertrand
Compositeur de la musique originaleHubert Rostaing
DécorateurJean Douarinou
MonteurPaulette Robert

générique artistique

Jean-Pierre Cassel(Candide)
Daliah Lavi(Cunégonde)
Pierre Brasseur(Pangloss)
Michel Simon(Nanar)
Nadia Gray(la dame de compagnie)
Jean Poiret(un policier)
Mathilde Casadesus(La baronne)
Michèle Verez(Pâquerette)
Sybil Saulnier(une dame du harem)
O'Dett(le baron)
Danielle Tessier(une dame du harem)
Jacqueline Maillan(La mère puritaine)
Louis de Funès(l'officier de la Gestapo française)
Michel Serrault(un policier)
Jean Richard(le trafiquant du marché noir)
Dario Moreno(1er dictateur)
Luis Mariano(2ème dictateur)
Jean Tissier(Dr Jacques)
Albert Simonin(Major Simpson)
Robert Manuel(un officier allemand)
Jean Constantin(Fourak)
Don Ziegler(le papa gangster)
Michel Garland(le frère de Cunégonde)
Jacques Balutin(l'ordonnance)
Gib Grossac(le chef des eunuques)
Harold Kay(un officier allemand)
John William(Chef)
Henri Salvador
Pierre Repp
Clément Duhour
Marcel Journet
Edy Sylvian
Monique Just

Bibliographie

Synopsis

Candide, neveu par bâtardise du Baron de Thundertendronck courtise Cunégonde, la fille du Baron ; celui-ci le met à la porte, bien qu'il l'ait fait élever et instruire à ses frais par le professeur Pangloss. Sans situation, Candide débarque à Paris le jour de la mobilisation de 1939. Il est incorporé, envoyé suivre les cours d'aspirant, et affecté à la batterie du colonel Nanar. Malgré la courtoisie des Allemands, Candide est fait prisonnier, cherche à s'évader mais est repris. Enfin, il réussit à passer en Suisse, où il devient secrétaire d'un médecin inspecteur de la Croix Rouge, sourd et presque aveugle, qui l'emmène visiter un camp de concentration où n'apparaissent que de faux déportés rutilant de santé. Candide retrouve cependant Pangloss, qui lui apprend le massacre de toute la famille du Baron. Notre héros fait échapper son vieux maître en avion, mais l'appareil est abattu au-dessus de Lisieux qui bientôt, en dépit des prières et des processions, est détruit par un bombardement. Arrêté avec Pangloss, au moment d'être fusillé, il est sauvé par une jeune femme, la dame de compagnie de Cunégonde ; cette dernière a survécu au viol et au massacre : elle est tour à tour la maîtresse d'un trafiquant du marché noir et du chef de la Gestapo : Candide abat ces deux rivaux et doit s'enfuir avec sa belle. Ils arrivent en Argentine où Cunégonde est convoitée par trois dictateurs qui se succèdent en quelques minutes à la tête du pays. Candide et Cunégonde reviennent en France, mais c'est la Libération et Cunégonde est tondue. Les amoureux partent alors avec une tournée artistique : Cunégonde échoue dans le harem du roi Fourak et Candide en Indonésie où il doit participer aux opérations contre les rebelles. La tribu des Oreillons le capture et il est sauvé des Anthropophages parce que leur roi a une réunion à l'ONU. Candide se retrouve à Moscou puis à New-York où un Noir se fait lyncher à sa place et où il échappe au redoutable mariage américain ; mais entre temps il a retrouvé Pangloss. Enfin, les deux compères reviennent en France, retrouvent Cunégonde qui est devenue laide et fanée. Candide l'épouse cependant et, comme on ne peut sans cesse cultiver son jardin, à la demande de Pangloss, il écrit ses mémoires. Il ne se souvient plus alors que des bons moments, et Cunégonde, du coup, rsdevient jolie et fraîche.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation