Les Noces vénitiennes (1958) Alberto Cavalcanti

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France 1959
>> Rechercher "Les Noces vénitiennes" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurAlberto Cavalcanti
Auteur de l'oeuvre originaleAbel Hermant
DialoguisteJean Ferry
DialoguisteClaude-André Puget
Société de production Cinétel (Paris)
Société de production Era Cinematografica (Roma)
Directeur de productionDominique Drouin
Directeur de la photographieGianni Di Venanzo
Ingénieur du sonEnnio Sensi
Compositeur de la musique originaleJean Françaix
Compositeur de la musique originaleCarlo Rustichelli
DécorateurRené Moulaert
MonteurYvonne Martin
Photographe de plateauRaymond Voinquel

générique artistique

Martine Carol(Isabelle)
Philippe Nicaud(Gérard)
Marthe Mercadier(Antoinette)
Vittorio De Sica(Alfredo)
Martita Hunt(Liza Brandwell)
Claudia Cardinale(Angelica)
Mario Cianfanelli(Bepi)
Ivan Dominique(John)
Giacomo Furia(Stan)
Birgitta Juslin(Barbara)
Tonino Lenza(Sebastiano)
Ave Ninchi(Yolanda)
Jacques Sernas(Bob)
André Versini(le Marquis)
Don Ziegler(Soso)

Bibliographie

Synopsis

Isabelle do Santos, une bien jolie femme, découvre Venise, oubliant un peu partout sans y prêter grande attention la mallette contenant les diamants hérités de son mari défunt et qui constituent pour l'instant toute sa fortune. Peut-être est-ce de la chance ? Peut-être se figure-t-elle que la Sérénissime n'est habitée que par d'honnêtes gens ? Le fait est que la précieuse mallette se retrouve toujours. Les amis d'Isabelle, l'ami, un Grec richissime qui l'entretient fastueusement ; l'amant de paille destiné à endormir les soupçons de l'épouse grecque ; l'amant de coeur enfin, tout le monde lui conseille de déposer ses bijoux dans une banque. Les diamants ont cependant éveillé l'attention d'une bande pittoresque menée par un barman de grande classe. Celui-ci décide d'utiliser un charmant garçon de ses relations, spécialisé dans les copies de Canaletto et quelque peu brûlé dans sa spécialité. Il se fera passer pour un prince oriental incognito, le Prince Sélim, séduira Isabelle et lui demandera de l'épouser. Il sera ensuite très facile de faire main basse sur les bijoux. Tout se déroule selon le plan fixé. Isabelle est aux anges, ravie d'avoir trouvé avec l'amour la sécurité car, elle ne nous l'avait pas dit tout de suite, ses diamants étaient faux - et le mariage a lieu. Las ! Le réveil est triste dans le palais vénitien des mille et une nuits, aménagé somptueusement pour la mille et unième, mais intégralement vidé à l'aurore. La pauvre Isabelle, droguée, se retrouve au matin nue sur la terre nue. Mais l'amour sera le plus fort. Le « Prince » revient, bourrelé de remords. Isabelle et lui s'en vont vers de nouvelles destinées, désapprouvés et rejetés par « les amis », qui ne le sont plus du tout en constatant qu'ils n'auront ni prince ni princesse dans leurs relations.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation