Le Vent se lève (1958) Yves Ciampi

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France 1959
DistributeurTamasa Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "Le Vent se lève" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurYves Ciampi
Assistant réalisateurBernard Deflandre
Assistant réalisateurJean Dewever
ScénaristeJean-Charles Tacchella
DialoguisteJacques-Laurent Bost
Société de production Groupe des Quatre
Société de production Da. Ma. Cinematografica (Roma)
Société de production Terra Film (Paris)
Directeur de productionJulien Rivière
Distributeur d'origine Les Films Corona (Paris)
Directeur de la photographieArmand Thirard
Ingénieur du sonRobert Teisseire
Compositeur de la musique originaleHenri Crolla
Compositeur de la musique originaleAndré Hodeir
DécorateurRoger Briaucourt
MonteurGeorges Alépée
RégisseurMichel Bonnay
RégisseurAlain Darbon

générique artistique

Curd Jürgens(Eric Muller)
Mylène Demongeot(Catherine Mougins)
Alain Saury(Michel Mougins)
Daniel Sorano(Mathias)
Raymond Loyer(Laurent)
Pierre Collet(Guénin)
Guy Dakar(Verdier)
André Dalibert(Carminati)
Jean Daurand(le soutier)
Clara Gansard
Gabriel Gobin(Aubriant)
Claire Guibert
Jess Hahn(Chewing-Gum)
Guy Jacquet
Patricia Karim
Jean-Jacques Lecot(Mercier)
Henri Maïk(Domec)
Paul Mercey(Audiard)
Jean Murat(Giraud)
Pierre Paulet(Dumont)
Robert Porte(Marceau)

Bibliographie

Synopsis

Eric Muller, ancien capitaine au long cours et séducteur aux tempes grisonnantes, est l'amant de Catherine, fille jeune et gâtée qu'il souhaiterait combler. Celle-ci a un frère qui partage sa vie de plaisir et ses goûts de luxe. Ils s'inquiètent de voir la Compagnie de navigation, seul héritage de leurs parents, ne plus suffire à leurs besoins sans limite. Après une surboom alcoolisée, les deux jeunes gens proposent au capitaine une source de revenus facile : l'achat d'un vieux cargo par la Compagnie puis le naufrage d'une cargaison fictive. L'assurance paiera. Muller proteste contre cette « baraterie » mais, désireux de garder Catherine et jaloux de la puissance de certains industriels dorés, considère cela comme une « affaire » et accepte. Un engin bien réglé doit faire sauter le bateau à l'heure H où il traverse le champ de mines : aucun risque. Muller reprend son métier avec une âme partagée qui attire les soup-tons de son second. Un retard d'écluse l'oblige à chauffer les machines au-delà de leur puissance. Une chaudière éclate et la vie d'un homme est en danger. Muller réalise que son forfait deviendrait un crime et désamorce l'engin de mort. A son retour, Catherine est sur le port. Les excès de son frère ont montré qu'ils dépassaient la mesure et elle a tremblé pour celui qu'elle aime. Elle semble heureuse de « l'affaire » ratée et salue avec les sirènes mugissantes l'arrivée du bateau, pendant que le second dit à Muller un peu secoué : « La peau d'un homme retrouvé. Ça se salue ! ».
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation