Série noire (1978) Alain Corneau

Pays de productionFrance
Sortie en France25 avril 1979
Procédé image35 mm - Couleur
Durée110 mn
DistributeurTamasa Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "Série noire" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurAlain Corneau
Assistant réalisateurLaurent Ferrier
Assistant réalisateurPascal Ortega
Assistant réalisateurSerge Frydman
Assistant réalisateurFreddie Wong
ScénaristeAlain Corneau
ScénaristeGeorges Perec
Auteur de l'oeuvre originaleJim Thompsond'après le roman "Des cliques et des cloaques"
DialoguisteGeorges Perec
Société de production Gaumont
Société de production Prospectacle
Producteur déléguéMaurice Bernart
Directeur de productionCatherine Lapoujade
Distributeur d'origine Gaumont Distribution
Directeur de la photographiePierre-William Glenn
CadreurJean-Francis Gondre
Ingénieur du sonMichel Desrois
MixeurClaude Villand
Compositeur de la musique originaleDuke Ellington
Compositeur de la musique originaleJuan Tizol
MonteurThierry Derocles
ScriptHélène Sebillotte
RégisseurYvon Crenn
Coordinateur des effets spéciauxClaude Albouze
Photographe de plateauEtienne George

générique artistique

Patrick Dewaere(Frank Poupart)
Myriam Boyer(Jeanne)
Bernard Blier(Staplin, patron de Poupart)
Marie Trintignant(Mona)
Jeanne Herviale(la tante)
Andreas Katsulas(Andreas Tikides)
Charlie Farnel(Marcel, l'inspecteur)
Jack Jourdan(l'entraîneur)
Samuel Mek(le boxeur)
Fernand Coquet(le Hell's Angel)
Les Hell's Angels de Paris

Bibliographie

Synopsis

Modeste représentant en banlieue parisienne, Frank Poupart traîne sa médiocrité de porte en porte. Mais une clientèle de plus en plus réticente fait que les affaires marchent mal, si bien que Poupart est amené à escroquer son patron, Staplin, lequel n'hésite pas à le faire "coffrer" pour lui donner une leçon. C'est la jeune Mona, vendue par sa vieille tante, quelques jours auparavant, à Poupart contre une robe de chambre, qui le sort de cette inconfortable situation. Bien que n'ayant pas abusé de la jeune fille, Poupart est gêné de ce qu'elle a fait pour lui. Il ne s'en ouvre même pas à sa femme, Jeanne, laquelle quitte précipitemment le domicile conjugal, lasse de cette vie déprimante. C'est alors que Poupart revoit Mona et que celle-ci lui parle du "magot" entassé par sa tante. L'idée d'assassiner la vieille femme prend corps immédiatement et bientôt Poupart prépare l'agression en soudoyant un simple d'esprit, Tikides, qui n'en revient pas d'avoir enfin un ami! Au jour J, la tante est froidement abattue, ainsi que Tikides, son pseudo-agresseur. Poupart qui a dérobé les économies peut, un peu plus tard, faire croire à Staplin qu'il obtient enfin des résultats tandis que Mona se désespère de le retrouver un jour. Or, Jeanne réapparaît à ce moment et pose à son mari plusieurs questions embarrassantes. Poupart finit par l'étrangler avant de remettre à Staplin, qui lui a fait du chantage, la totalité de l'argent dérobé. Il peut alors rejoindre Mona qui n'a pas cessé de l'attendre.
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation