Celui qui doit mourir (1956) Jules Dassin

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France 1957
Durée122 mn
>> Rechercher "Celui qui doit mourir" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurJules Dassin
Assistant réalisateurJean-Gabriel Albicocco
ScénaristeBen Barzman
ScénaristeJules Dassin
Auteur de l'oeuvre originaleNikos Kazantzakisd'après le roman "le Christ recrucifié"
DialoguisteAndré Obey
Société de production Indusfilms (Paris)
Société de production Prima Films (Paris)
Société de production Cinétel (Paris)
Société de production Filmsonor
Société de production Da. Ma. Cinematografica (Roma)
ProducteurHenri Bérard
Producteur associéGeorges Lourau
Producteur associéRobert Gascuel
Directeur de productionYves Laplanche
Distributeur d'origine Cinédis
Directeur de la photographieJacques Natteau
CadreurGilbert Chain
Ingénieur du sonPierre Calvet
Compositeur de la musique originaleGeorges Auric
DécorateurMax Douy
CostumierChristiane Coste
MaquilleurIgor Keldich
MonteurRoger Dwyre
ScriptSuzanne Durrenberger
RégisseurAndré Hoss
Photographe de plateauAndré-Jacques Manson

générique artistique

Mélina Mercouri(Katérina)
Jean Servais(Le pope Photis)
Pierre Vaneck(Manolios)
Nicole Berger(Mariori)
Fernand Ledoux(Le pope Grégoris)
Grégoire Aslan(L'Agha turc)
Gert Froebe(Patriarchéas)
Maurice Ronet(Michelis)
Roger Hanin(Pannayotaros)
Carl Möhner(Lukas)
Teddy Bilis(Hadji Nikolis)
René Lefèvre(Yannakos)
Lucien Raimbourg(Kostandis)
Joe Dassin(Un berger)
Dimos Starenios(Ladas, l'usirier)

Bibliographie

Synopsis

La coutume veut qu'à Lycovrissi, les habitants jouent tous les sept ans le mystère de la Passion du Sauveur. Du haut de la chaire, dans l'église, le Pope, le père Grégoris, vient de désigner ceux qui ont été choisis par le conseil des anciens pour tenir les rôles : Manolios, berger de Patriarkheas, gros propriétaire, sera Jésus . Katarina, veuve aux moeurs légères, sera Marie-Madeleine . Mikhelis, fils de Patriarkheas, sera saint Jean ; Panayotaros, le sellier, sera Judas ; Yannakos, le colporteur, saint Pierre ; Kostandis, le cafetier, saint Jacques. Tous sont invités à vivre désormais dans l'esprit des personnages qu'ils ont à incarner. A la sortie de l'église, les paroissiens voient déferler dans le village une troupe misérable : hommes, femmes, enfants hâves, dépenaillés. A leur tête le Pope Photis. Chassés par les Turcs, ils errent en quête d'un village qui leur donne asile. Grégoris et le maire Patriarkheas refusent de les accueillir ! Pour éviter que les gens ne s'apitoient sur leur sort, Grégoris déclare qu'ils amènent le choléra. Mais les futurs acteurs du drame chrétien, déjà conscients de leur rôle, vont opposer à cette dureté la charité du Christ et de ses disciples. Pour aider les malheureux, résolus à fonder malgré tout un nouveau village sur la montagne voisine, Katarina, la première, donne sa brebis et abandonne sa triste vie, conquise par un autre amour. Fuis Manolios défend la cause des pauvres auprès des villageois. Mikhélis enfin, après la mort de son père, donne ses terres aux réfugiés. Cette décision divise et soulève le village. Le drame est noué. Nous retrouverons tous les personnages de la Passion : Pilate qui se lave les mains, Caïphe qui prétexte le salut du peuple, Judas furieux de se voir rejeté par Katarina. Finalement, Manolios sera tué par Judas, mais les Grecs, villageois et réfugiés, dont l'unité se refait par le sacrifice du berger, s'apprêtent à tenir tête aux Turcs qui veulent, à la demande de Grégoris, mater la révolte.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation