L'Apprenti salaud (1976) Michel Deville

Pays de productionFrance
Sortie en France 1977
>> Rechercher "L'Apprenti salaud" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurMichel Deville
ScénaristeMichel Deville
Auteur de l'oeuvre originaleFrank Neville
Société de production SFP - Société Française de Production
Société de production Éléfilm (Boulogne-Billancourt)
ProducteurPhilippe Dussart
Directeur de productionMichel Fauré
Distributeur d'origine Prodis
Directeur de la photographieClaude Lecomte
Ingénieur du sonRené Magnol
Ingénieur du sonClaude Villand
Compositeur de la musique originaleGeorges Bizet
DécorateurLouis Dhuit
DécorateurLaurent Janet
MonteurRaymonde Guyot

générique artistique

Robert Lamoureux(Antoine Chapelot)
Christine Dejoux(Caroline Nattier)
Claude Piéplu(Le notaire, Etienne Forelon)
Georges Wilson(M. Marcel)
Jacques Doniol-Valcroze(L'adjoint au maire)
Jean-Pierre Kalfon(Robert Forelon, directeur du j)
Claude Marcault(femme de l'adjoint)
Jean-François Dérec(Joseph)
Annick Blancheteau(patron de l'hôtel)
Max Vialle(brigadier-chef)
Louis Falavigna(patron de la quincaillerie)
Max Desrau(M. Edgar)
Bernard Lavalette(avocat d'Antoine)

Bibliographie

Périodiques

Synopsis

La vie réglée d'Antoine Chapelot, quadragénaire célibataire et, de son état, vendeur dans une quincaillerie, prit un tournant décisif à la mort de sa mère. Il était venu l'enterrer en Bretagne et c'est là qu'il avait fait la connaissance de la jeune et délicieuse stagiaire de Me Chapardon, Caroline. Avec l'involontaire complicité de cette dernière, Antoine décida de se lancer dans l'escroquerie immobilière. On se fait établir des papiers d'identité au nom de Jacques Levasseur, on loue par voie de presse le même local à une centaine de personnes et on empoche par voie postale un bénéfice net de 261 275 F. C'est aussi simple que ça. Si simple qu'Antoine recommence, avec, cette fois, la complicité amoureuse de Caroline qui naturellement savait à quoi s'en tenir depuis le début. Mis au courant de l'existence d'Ernest Forelon, bagnard passé dans la légende d'un petit village, Antoine lui invente un fils qui aurait fait fortune en Amérique. Endossant le rôle du notaire chargé de retrouver les héritiers des 15 milliards, Antoine parvient, en prétextant des frais de toute sorte, à extirper 130 millions aux deux cent soixante Forelon qui, eux, attendent toujours leur part. Tout finirait bien si Antoine ne se faisait pas arrêter à la suite - c'est un comble - d'une erreur judiciaire. Reconnu devant les tribunaux comme étant Jacques Levasseur, Antoine, pour le panache, revendique aussi l'affaire Forelon. Tandis qu'il s'en ira en prison, Caroline, qui se lassait de ne pas vivre d'amour avec un Antoine trop absorbé, s'envolera avec les millions. On ne vit pas non plus que d'eau fraîche.
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Videos

EditeurFil à Film (Gaillon)
DistributeurFil à Film (Gaillon)
Annee1993
FormatVHS - SECAM
PaysFrance
Nb/coul.Coul.
Durée90 minutes

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 30 août 1976
Fin : 05 novembre 1976

Lieux de tournage