Elise ou la vraie vie (1969) Michel Drach

Pays de productionFrance ; Algérie
Sortie en France 1970
DistributeurPyramide (source : ADRC)
>> Rechercher "Elise ou la vraie vie" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurMichel Drach
Assistant réalisateurAlain Corneau
Auteur de l'oeuvre originaleClaire Etcherelli
DialoguisteClaude Lanzmann
Société de production ONCIC - Office National Commerce Industrie Cinéma (Alger)
Société de production Port-Royal Films (Paris)
Directeur de productionMourad Bouchouchi
Directeur de productionGeorges Casati
Directeur de la photographieClaude Zidi
MonteurCarlos de los Lianos

générique artistique

Marie-José Nat(Elise)
Mohamed Chouikh(Arezki)
Bernadette Lafont(Anna)
Jean-Pierre Bisson(Lucien)
Catherine Allégret(Didi)
Alice Reichen(La grand-mère)
Martine Chevallier(la belle-soeur)
Mustapha Chadli(Mustapha)
Jean-Pierre Darras(Le commissaire)
Albert Michel(L'ouvrier au café)
André Badin(bourgeois métro)
Yves Barsacq
Andrée Champeaux(l'infirmière)
Georges Claisse
Jean-Louis Comolli
Henri Coutet(ouvrier)
Pierre Decazes
Maurice Jacquemont
Kirane
Pierre Maguelon
Claude Richard
C. Trévières

Bibliographie

Périodiques

Synopsis

1957 - Elise vit à Bordeaux une existence morne entre sa grand-mère et sa belle-soeur. Lucien, le frère d'Elise, a fui ce monde étouffant comme un voleur, abandonnant femme, entant, famille pour sa recherche de la « vraie vie ». Elise décide de le rejoindre à Paris pour quelques jours. Lucien vit avec une femme, travaille en usine, soutient le F.L.N. Il ne songe pas, malgré son épuisement physique, à rentrer à Bordeaux. Il a choisi une voie irréversible. Pour payer son billet de retour Elise entre aussi à l'usine. Elle prend conscience des conditions misérables, harassantes, désespérées des ouvriers et du racisme féroce qui régit les rapports entre Français et Algériens. Faisant fi des conseils de prudence des contremaîtres, Elise se lie avec Arezki, un Algérien qui travaille avec elle à la chaîne, membre du F.L.N. De leurs rapports, d'abord amicaux, naît un amour profond et sincère, troublé, il est vrai, ridiculisé parfois par les insultes et les quolibets. Trouver une chambre n'est pas facile. Les rafles de police se font plus nombreuses, plus humiliantes. Lucien meurt. Arezki, qui a frappé un contremaître, perd sa place ; pris dans une rafle, il disparaît. Après des semaines de recherches, Elise, découragée, repart pour Bordeaux. Elle laisse son adresse à Mustapha, l'ami d'Arezki, au cas improbable où celui-ci reviendrait.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation