Ho ! (1968) Robert Enrico

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France19 octobre 1968
DistributeurHéliotrope Films (source : ADRC)
>> Rechercher "Ho !" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurRobert Enrico
Auteur de l'oeuvre originaleJosé Giovanni
DialoguisteLucienne Hamon
DialoguistePierre Pelegri
Société de production Les Films Marceau (Paris)
Société de production Filmsonor
Société de production Mega Film (Roma)
Société de production Cocinor - Comptoir Cinématographique du Nord
Directeur de productionPaul Laffargue
Directeur de la photographieJean Boffety
Ingénieur du sonRené-Christian Forget
Compositeur de la musique originaleFrançois de Roubaix
DécorateurJacques Saulnier
MonteurJacqueline Meppiel
Photographe de plateauClaude Schwartz

générique artistique

Jean-Paul Belmondo(Holin)
Paul Crauchet(Briand)
Joanna Shimkus(Bénédicte)
Jackie Rollin(Mado)
Stéphane Fey(Schwartz junior)
Maurice Auzel(un convoyeur)
Raymond Bussières(Robert)
Ermanno Casanova(un détenu)
Jean-Pierre Castaldi(un ami de Bénédicte)
Sydney Chaplin(Canter)
Henri Czarniak(gardien de prison)
Stan Dylik(un détenu)
François Dyrek(le typographe)
Marius Gaidon(l'automobiliste volé)
Corinne Gorse
Bob Ingarao(Schneider)
Jacques Jeannet(employé au greffe)
Jacques Lalande(employé de banque)
Pierre Leproux(Roger)
Sylvain Lévignac(le chauffeur)
Jean Luisi(gardien de prison)
Alain Mottet(Commissaire Paul)
Carlo Nell(coureur automobile)
Patrick Préjean(employé du journal)
Tony Roedel(gardien de prison)
Hervé Sand(gardien de prison)
Gilbert Servien(gardien de prison)
Tony Taffin(Schwartz aîné)
Jean-Paul Tribout(Falsten)
Jean-Louis Tristan(domestique de Bénédicte)
André Weber(la Praline)
Dominique Zardi(médecin de la prison)
Léon Zitrone(dans son propre rôle)

Bibliographie

Synopsis

Pour le gang des frères Schwartz leur chauffeur, François Holin, n'est que « Ho », celui qu'on humilie et méprise, celui qui est servi le dernier au moment des partages. Pourtant, grâce à son sang-froid et à son habileté, Holin les a tirés d'un mauvais pas après un hold-up : sa part de butin n'en est pas moins maigre. Elle lui est toutefois suffisante pour se consacrer à deux passions :les jolies cravates et la seule femme qu'il aime, la tendre Bénédite. Un jour, au cours d'un braquage, le chef de la bande se tue accidentellement. Holin, qui avait préparé un prochain hold-up avec lui, propose aux frères Scbwartz de terminer l'affaire : ils lui rient au nez. Aussi Holin décide-t-ll de « travailler » à son compte. Peu après, il est stupidement arrêté au volant d'une voiture volée. Emprisonné à la Santé, il est soupçonné d'avoir appartenu au gang Schwartz. Malgré ses dénégations, Holin sent qu'il va être démasqué et réussit une audacieuse évasion. Libre, il s'empresse de retrouver Bénédite à qui il raconte un imaginaire voyage à Panama. Pour Bénédite, en effet, François Holin est un coureur automobile, ce qu'il avait été réellement jadis. Mais le mensonge ne prend pas, car Holin est maintenant célèbre et la presse parle de lui « à la une » comme d'un gangster. Abandonné de Bénédite, Holin recrute trois jeunes voyous, puis organise et réussit la périlleuse attaque d'un fourgon bancaire. Mais il supporte mal les articles que lui inflige Brîand, le journaliste de « France-Soir ». Après l'avoir kidnappé, il lui raconte sa vie réelle de coureur automobile et de gangster, puis retrouve Bénédite qui accepte de fuir avec lui pour Holin et le met en garde contre son insouciance et ses fanfaronnades. Pourtant, c'est en achetant une cravate que Holin est cerné par la police ; il ne parvient à s'échapper, blessé, qu'en tirant sur les policiers. Traqué, il retrouve Bénédite qui accepte de fuir avec lui pour échapper à la justice. Mais, en passant chez lui, il est accueilli par les Schwartz qui, traqués également, veulent lui prendre son argent et se venger de la brillante fortune de leur ancien larbin. Dans la bataille, inévitable, Bénédite et les Schwartz trouvent la mort. Et c'est criblé de balles et épuisé que François Holin se rendra enfin à la police, arrivée sur les lieux du massacre.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation