Histoire de Paul (1974) René Féret

Pays de productionFrance
Sortie en France 1975
DistributeurJML (source : ADRC)
>> Rechercher "Histoire de Paul" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurRené Féret
ScénaristeRené Féret
DialoguisteRené Féret
Société de production Les Films Arquebuse
Distributeur d'origine La Clef Distribution
Directeur de la photographieNurith Aviv
Ingénieur du sonFrancis Bonfanti
MonteurVincent Pinel
Conseiller techniqueRené Allio

générique artistique

Paul Allio(Paul)
Michel Amphoux
Roland Amstutz
Jean Benguigui
Bernard Bloch
Jean Dautremay
Christian Drillaud
Daniel Fondimare
Pierre Forget
Bernard Freyd
Patrick Guyonnaud
Gérard Cruchet
Jean-Michel Haas
Jean-Louis Jacopin
Yves Kerboul
Josseline Lacarte
Mohamed Mokhtafi
Alain Mergnat
Yves Reynaud
Claude Bouchery
Gildas Bourdet
Philippe Clévenot
Isabelle Caillard
Georges Conti
Richard Elbaz
Claude-Emile Rosen
Nelly Stochl
Olivier Perrier
Florence Camarroque
Rémy Carpentier

Bibliographie

Synopsis

Parce qu'il a tenté de se suicider, la porte de l'asile se referme sur Paul. Un infirmier le guide, le dépouille entièrement de ses habits de ville, lui fait revêtir un pyjama, lui désigne un lit. Paul s'y couche. Les autres pensionnaires l'observent, le surveillent, le palpent: il y a le mystique de service et le violent, celui qui ne fait que répéter "comme d'habitude", et celui qui attend inlassablement la même réponse à la question qu'il pose inlassablement... Paul refuse de manger, de boire. Les infirmiers se contentent de le laver de temps à autre, par force. Un beau jour, les médecins, qui passent comme des ombres, transfèrent Paul en salle B. Les méthodes y sont plus brutales et les fous plus dangereux. Lorsqu'il revient, Paul s'est "intégré": il mange, il boit avec les autres; il dévore même les crêpes que lui apporte sa mère. Quitte à étouffer. Et Paul pleure. Il va vivre, végétatif et soudé aux murs de l'asile, comme s'il en faisait partie. Sans aucun espoir puisque, si on s'évade, on est repris; et si on sort guéri ou presque, on revient pour un nouveau séjour de quelque temps. Pour finalement rester dix ans comme le "Commandant", douze ans comme Hubert, quatorze ans comme Alfred, dix-sept ans comme Antoine. A manger, à dormir, à errer, à mourir. Lentement. A petit feu. Et seul!
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation