Nuits rouges (1973) Georges Franju

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France 1974
>> Rechercher "Nuits rouges" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurGeorges Franju
ScénaristeJacques Champreux
Société de production SOAT (Milan)
Société de production Terra Film (Paris)
ProducteurJean Lefait
Distributeur d'origine PlanFilm
Directeur de la photographieGuido Renzo Bertoni
Directeur de la photographieRobert Foucard
Ingénieur du sonRobert Beauchamp
Compositeur de la musique originaleGeorges Franju
Compositeur de la musique originaleHector Berlioz
DécorateurCharles Finelli
DécorateurRobert Luchaire
MonteurGilbert Mathot

générique artistique

Gayle Hunnicutt
Jacques Champreux
Gert Froebe
Joséphine Chaplin
Ugo Pagliai
Patrick Préjean
Clément Harari
Yvon Sarray
Raymond Bussières
Enzo Fisichella
Gérard Croce
Jean Saudray
Henry Lincoln
Pierre Collet
Michel Paulin
André Jaud
Mag Avril
May Chartrettes

Bibliographie

Synopsis

Dans sa boutique de mercerie, Mademoiselle Ermance apprend d'Albert, domestique de l'historien Maxime de Borrego, que son maître possède le secret du fabuleux Trésor des Templiers. Après le départ d'Albert, Mademoiselle Ermance se métamorphose en "Homme sans visage" à la puissante organisation criminelle. S'étant introduit chez Maxime de Borrego, il tue le vieil homme sans que celui-ci lui révèle la clé du mystère. Afin de pousser ses recherches, l'Homme, avec la complicité d'Albert, prend la place du neveu de l'historien, Paul de Borrego. L'arrivée inopinée du vrai Paul de Borrego dérange les plans du bandit qui s'échappe non sans avoir tenté d'asphyxier Paul et l'inspecteur Sorbier... Tandis que la Société des Templiers, réunie au grand complet, jure de venger la mort de Maxime de Borrego, Grand Sénéchal de l'Ordre. L'Homme sans visage, poursuivant son plan machiavélique, tente d'enlever Paul et surveille Martine, l'amie de ce dernier. Paul et le commissaire Sorbier - aidés de façon plus ou moins adroite par le détective privé Séraphin Beauminon - lui tendent une série de pièges: l'ingéniosité de la Femme à la Sarbacane, âme damnée de l'Homme sans visage, et la puissance d'esclaves dûment robotisés dans un repaire secret par le Dr Dubreuil permettent au Génie du Mal de se tirer de situations embarrassantes, sans pour cela percer le secret qu'il poursuit avidement. Finalement, l'Homme sans visage réussit à kidnapper Paul, Martine et Beauminon. Au moment où le Dr Dubreuil entreprend de transformer nos héros en robots, les Templiers envahissent le "Clairon de Sidi Brahim", établissement qui sert de couverture au quartier-général du bandit. Le lendemain, Mademoiselle Ermance et son adorable nièce partent prendre quelques jours de vacances. Mais comme une vieille cliente de la mercerie se désole, Mademoiselle Ermance l'assure qu'elle reviendra bientôt...
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation