On n'arrête pas le printemps (1971) René Gilson

Pays de productionFrance
Sortie en France 1972
DistributeurFilms du Jeudi/de la Pleiade (Les) (source : ADRC)
>> Rechercher "On n'arrête pas le printemps" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurRené Gilson
ScénaristeRené Gilson
Société de production Les Films de la Pléiade (Paris)
ProducteurPierre Braunberger
Directeur de la photographiePierre-William Glenn
MonteurThierry Derocles
MonteurChantal Ellia-Gilson

générique artistique

Jeanne Goupil(Sylvie)
Marc Chapiteau(Jean)
Gilda Laghan(Jeanne)
René Gilson
André Thorent
Catherine Brevent
Gaston Floquet

Bibliographie

Périodiques

Synopsis

Jeanne et Julien, Sylvie et Jean sont des lycéens. Après une manifestation pour la libération d'un camarade emprisonné, ils décident de passer la soirée au Quartier Latin. Cette soirée tourne mal pour eux. Dans la file d'attente d'un cinéma où ils chantent des chants subversifs (La Commune n'est pas morte), ils sont embarqués par un policier en civil. Au commissariat, ils sont fouillés comme suspects de trafic de drogue, et on leur déchire leurs journaux... Au café du lycée, ils se retrouvent et décident d'inscrire au tableau des citations et des réflexions personnelles pour exprimer leurs révoltes, leurs aspirations et ainsi provoquer un dialogue avec les professeurs. Le professeur d'histoire, M. Tarbaud, refuse catégoriquement la concertation et la participation que lui propose Julien. Avec Mme Corbier, professeur de philo, le dialogue est possible, elle accepte d'orienter les cours sur les écrits et les événements du jour. Mais c'est avec Guillaume, le prof-copain de français, que l'entente est la meilleure. Ils se retrouvent d'ailleurs souvent chez lui pour discuter. En dehors du lycée, il y a le journal qu'il faut améliorer, les camarades ouvriers communistes qu'il faut convaincre. Il y a aussi l'amour et surtout les parents à qui il faut constamment rendre des comptes. Cette vie est désorganisée, lorsque Jeanne apprend qu'elle est enceinte et que Julien est arrêté à la suite d'une dénonciation pour inscription de slogans révolutionnaires sur les murs du lycée.
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation