Alphaville, une étrange aventure de Lemmy Caution (1965) Jean-Luc Godard

Pays de productionFrance ; Italie
Durée98 mn
DistributeurAcacias (Les) (source : ADRC)
>> Rechercher "Alphaville, une étrange aventure de Lemmy Caution" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurJean-Luc Godard
Assistant réalisateurJean-Paul Savignac
Assistant réalisateurCharles Bitsch
ScénaristeJean-Luc Godard
DialoguisteJean-Luc Godard
Société de production Chaumiane Productions
Société de production Filmstudio (Roma)
ProducteurAndré Michelin
Directeur de productionPhilippe Dussart
Distributeur d'origine Athos Films
Directeur de la photographieRaoul Coutard
Ingénieur du sonRené Levert
Compositeur de la musique originalePaul Misraki
MonteurAgnès Guillemot
ScriptSuzanne Schiffman
Photographe de plateauGeorges Pierre

générique artistique

Eddie Constantine(Lemmy Caution)
Anna Karina(Natacha von Braun)
Akim Tamiroff(Henry Dickson)
Howard Vernon(Professeur von Braun)
Laszlo Szabo(L'ingénieur en chef)
Jean-André Fieschi(Professeur Heckell)
Jean-Louis Comolli(Professeur Jeckell)
Michel Delahaye(L'assistant)
Christa Lang

Bibliographie

Synopsis

Dans un monde futur (qui pourrait bien exister déjà) Lemmy Caution est envoyé en mission à « Alphavllle » par les « Pays extérieurs », éloignés de quelques années-lumière (ou peut-être de quelques kilomètres). Il s'agit de retrouver la trace d'un certain Dickson, son prédécesseur, et de mettre la main sur un certain professeur von Braun qui, jadis expulsé des Pays extérieurs, est devenu le tout-puissant et dangereux maître d'Alphavllle. Sitôt arrivé, il est pris en charge par l'hôtel pour étrangers où rien ne manque, pas même les « séductrices d'Etat », dûment matriculées. Puis se présente Natacha von Braun, bizarrement pure dans un monde artificiel, vers qui il ressent aussitôt une attirance partagée. Il retrouve dans un hôtel de bas étage Dickson transformé en un déchet pitoyable : ceux qui ne s' « adaptent » pas se suicident ou sont liquidés. Puis il assiste avec Natacha à une séance d'endoctrinement « logique » par des cerveaux électroniques ; à une « séance récréative » à laquelle préside von Braun et au cours de laquelle sont liquidés les gens coupables de réactions « illogiques ». Examiné par un cerveau électronique, il lui pose un problème insoluble par ses réactions anormalement humaines ; dans un temps de sursis, il revoit Natacha à qui il fait découvrir l'existence des sentiments. Echappant aux policiers, Lemmy parvient à liquider von Braun ; traduit devant le cerveau électronique, il le défie avec succès, délivre Natacha qui a été arrêtée et s'enfuit avec elle, juste à temps, de la ville jetée dans le désarroi par la disparition de son « cerveau ».
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation