Le Gentleman d'Epsom (1962) Gilles Grangier

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France 1962
Durée82 mn
DistributeurTamasa Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "Le Gentleman d'Epsom" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurGilles Grangier
Assistant réalisateurJacques Rouffio
ScénaristeMichel Audiard
ScénaristeGilles Grangier
ScénaristeAlbert Simonin
DialoguisteMichel Audiard
Société de production C.C.M. - Compagnia Cinematografica Mondiale (Roma)
Société de production C.I.P.R.A. - Compagnie Internationale de Productions et Réalisations Artistiques (Paris)
Société de production Cité-Films (Paris)
ProducteurJacques Bar
Directeur de productionJacques Juranville
Directeur de la photographieLouis Page
Ingénieur du sonJean Rieul
Compositeur de la musique originaleMichel Legrand
Compositeur de la musique originaleFrancis Lemarque
DécorateurJacques Colombier
MonteurLucien Desagneaux

générique artistique

Jean Gabin(Richard Briand-Charmery)
Madeleine Robinson(Maud)
Louis de Funès(Gaspard Ripeux)
Jean Lefebvre(Charly)
Paul Frankeur(Arthur)
Franck Villard(Lucien)
Jean Martinelli(Hubert)
Josée Steiner(Béatrice)
Camille Fournier(Thérèse)
Joëlle Bernard(Ginette)
Marie-Hélène Dasté(Tante Berthe)
Paul Mercey(Oscar Robineau)
Jacques Marin(Raoul)
Albert Dinan(Léon)
Alexandre Rignault(Charlot)
Aline Bertrand(la logeuse)
Léonce Corne(Freedman)
Charles Millot(le directeur de la boîte de nuit)
Robert Blome(un joueur)
Paul Faivre(le vendeur de tickets)
Édouard Francomme(un joueur)
René Hell(un joueur)
Guy Henry(un joueur)
Edith Ker(la dame du vestiaire)
Albert Michel(un joueur)
Raymond Oliver(dans son propre rôle)
Georgette Peyron(la joueuse)
Pierre Vernet
Léon Zitrone(dans son propre rôle)

Bibliographie

Synopsis

Chef d'escadron en retraite et sujet cabochard d'une honorable famille, le « Commandant » est devenu célèbre dans les milieux hippiques où il distribue avec une certaine élégance des tuyaux pour les courses. Comme il donne un cheval à chaque client, il a des chances de s'en tirer, chacun d'eux lui réservant, avec non moins d'élégance, une partie de la mise. Sa fortune ayant des hauts et des bas, il la compense parfois par une visite de famille où son prestige ne joue plus, mais où la table du beau-frère et l'indulgence d'une vieille tante comblent les jours moins heureux. C'est au cours d'une de ces périodes désargentées qu'il croise Maud, une de ses premières victimes du champ de course d'Epsom. Maud, malgré tout, a conservé un souvenir ému de ce brillant cavalier qui, pour l'éblouir à nouveau, n'hésite pas à lui offrir une soirée aussi prestigieuse que coûteuse à la suite de laquelle il se trouve seul avec la nostalgie du passé et un solide chèque sans provision. La fermeture des banques pendant le week-end lui donne fort heureusement le temps de cuisiner un nouveau pigeon. Celui-ci devant les alternances de la fortune, en fera une crise cardiaque, cependant que le « Commandant », après quelques colères à la pelouse ou au pesage, retrouve, à la dernière minute, et sa chance et son redoutable don de persuasion.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation