Maigret voit rouge (1963) Gilles Grangier

Pays de productionFrance ; Italie
DistributeurTamasa Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "Maigret voit rouge" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurGilles Grangier
Auteur de l'oeuvre originaleGeorges Simenon
AdaptateurJacques Robert
AdaptateurGilles Grangier
DialoguisteJacques Robert
Société de production Les Films Copernic (Paris)
Société de production Titanus (Roma)
Directeur de productionGeorges Charlot
Distributeur d'origine Comacico (Paris)
Directeur de la photographieArmand Thirard
Ingénieur du sonJean Rieul
Compositeur de la musique originaleMichel Legrand
Compositeur de la musique originaleFrancis Lemarque
DécorateurJacques Colombier
MonteurMarie-Sophie Dubus

générique artistique

Jean Gabin(Maigret)
Françoise Fabian(Lily)
Michel Constantin(Cicero)
Guy Decomble(Lognon)
Paul Frankeur(Bonfils)
Marc Arian(l'employé des cartes grises)
Roland Armontel(Dr Fezin)
Laurence Badie(Lucienne)
Marcel Bernier(un inspecteur)
Jacques Bertrand(un inspecteur)
Charles Bouillaud(le pharmacien)
Marcel Bozzuffi(Torrence)
Paul Carpenter(Harry Mc Donald)
Ricky Cooper(Charlie)
André Dalibert(un inspecteur)
Paulette Dubost(la patronne de l'hôtel)
Roger Dutoit(Bidoine)
Jacques Dynam(un inspecteur)
Édouard Francomme(un consommateur)
Marcel Gassouk(Riquet)
Georges Gueret(un inspecteur)
Harry-Max(Curtiss)
Henri Lambert(inspecteur Groussard)
Jean-Louis Le Goff(un inspecteur)
Roland Malet(2ème agent)
Edward Meeks(Bill Larner)
Albert Michel(le concierge de l'hôtel)
Jean Minisini(un inspecteur)
Carlo Nell(le garçon du "Manhattan")
Paul Pavel(un inspecteur)
Raymond Pierson(l'agent du commissariat)
Vittorio Sanipoli(Pozzo)
Jean-Jacques Steen
Pierre Vernet
Louis Viret(le patron du café)

Bibliographie

Synopsis

L'inspecteur Lognon, dit le Malgracieux, a été le témoin d'un fait étrange : un homme mitraillé en pleine rue d'une voiture américaine et aussitôt ramassé par une mystérieuse DS grise. Deux éléments servent de point de départ à l'enquête : le numéro de la voiture américaine et une paire de lunettes noires. C'est à partir de ces deux éléments que Maigret va se promener d'un bar fréquenté par des Italo-américains à une chambre d'hôtel où vient d'être assassinée la femme de la victime qui l'avait appelé au téléphone. Il y a du suspense, de la bagarre, des colères modérées de Maigret. Tout s'explique : le disparu a été enlevé par le F.B.I, qui en avait besoin pour témoigner. Grâce à lui et à Maigret, le gang sera décapité. Les « amateurs » français auront fait aussi bien que les « professionnels » américains. Et Maigret salue d'un coup de chapeau ironique l'homme du F.B.I, qui pensait bien tirer les ficelles iusqu'au bout.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation