Kamikaze (1986) Didier Grousset

Pays de productionFrance
DistributeurGaumont (source : ADRC)
>> Rechercher "Kamikaze" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurDidier Grousset
Assistant réalisateurHubert Engammare
ScénaristeLuc Besson
ScénaristeDidier Grousset
ScénaristeMichèle Halberstadt
Société de production Les Films du Loup (Paris)
Producteur déléguéLuc Besson
Producteur exécutifLouis Duchesne
Distributeur d'origine Gaumont Distribution
Directeur de la photographieJean-François Robin
Ingénieur du sonPaul Lainé
Compositeur de la musique originaleEric Serra
DécorateurDan Weil
MonteurOlivier Mauffroy
Coordinateur des effets spéciauxGeorges Demétrau
Coordinateur des effets spéciauxJacky Dufour
Coordinateur des effets spéciauxPierre Foury

générique artistique

Michel Galabru(Albert)
Richard Bohringer(Romain Pascot)
Dominique Lavanant(Laure Frontenac)
Riton Liebman(Olive Mercier)
Kim Massee(Léa)
Basile(scientifique listing)
Pierre Belot
Romane Bohringer(Julie)
Gérard Boucaron(rédacteur en chef)
Geoffrey Carey(Stone)
Étienne Chicot(Samrat)
Harry Cleven(Patrick)
Charles Gérard(flic)
Philippe Girard(Pelletier)
Emmanuel Gust(technicien régie finale)
Beate Kopp(Piotrochka)
Philippe Landoulsi(Guy)
Jean-Paul Muel(le ministre)
Michel Pilorgé
Arielle Séménoff(présentatrice)
Vincent Skimenti(Hervé)
Laurent Spielvogel(réalisateur discours)

Bibliographie

Périodiques

Synopsis

Aigri et irascible, Albert s'est fait détester de tous. Alors, son entreprise l'a licencié. Pourtant, il est génial. Et il le prouve très vite. Au dernier étage de sa maison de banlieue, il installe ses appareils, bricole son électronique, peaufine son informatique. Puis le grand soir arrive: il tire et fait mouche. La speakerine s'effondre, morte. Albert vient d'inventer un système unique lui permettant, assis dans son fauteuil, d'envoyer des ondes qui tuent celui ou celle que la caméra de télévision est en train de filmer. Romain Pascot est chargé de l'enquête, sous la haute autorité de Laure Frontenac, secrétaire d'Etat à la communication. Le hic, c'est qu'il n'y a pas de projectile! On essaie d'étouffer l'affaire, mais Albert frappe une seconde fois. Pascot et son adjoint, Olive, sont sur les dents. Et le Ministre est sur leur dos. C'est alors que Pascot, dans un magasin de télévision, a l'idée de ce "tir à distance". Une telle opération est-elle possible? Après avoir reçu carte blanche de la part du Ministre, à la suite d'autres meurtres, Pascot convoque des spécialistes du monde entier. Et le verdict est formel: Oui, un inventeur de talent peut imaginer un tel système. On en fait même le portrait-robot. Et Pascot décide d'agir. Vers 4 heures du matin, peu de gens regardent la télévision. L'assassin doit être de ceux-là. Alors, on tirera à travers la caméra de télévision, avec un système analogue au sien. Ca fera quelques dégâts, mais tant pis. Dans le pavillon d'Albert, ses neveux Patrick et Léa se doutent de quelque chose. Il les tue. L'opération a lieu: Laure Frontenac parle; Pascot agit. Albert a compris. Il quitte à temps son écran. Mais Pascot poursuit l'enquête: où y a-t-il eu des incidents signalés cette nuit-là? Il arrive jusqu'à Albert. Trop tard. Les services secrets tuent Albert: raison d'Etat. Et Pascot s'en va.
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation

Nombre total d'entrées en fin d'exclusivité (Paris)155229
Nombre de salles de sortie (Paris)38
Nombre de semaines d'exclusivité (Paris)8
Nombre d'entrée première semaine (Paris)81648