Quand sonnera midi (1957) Edmond T. Gréville

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France 1958
Procédé image35 mm - NB
Durée96 mn
>> Rechercher "Quand sonnera midi" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurEdmond T. Gréville
Auteur de l'oeuvre originaleHenri Champlyd'après le roman "L'homme qui mourra demain"
AdaptateurPierre Gaspard-Huit
DialoguisteSolange Térac
Société de production Italia Produzione (Roma)
Société de production Les Productions Sigma (Paris)
Directeur de productionFred d' Orengiani
Distributeur d'origine Cinédis
Directeur de la photographieLéonce-Henri Burel
Ingénieur du sonNorbert Gernolle
Compositeur de la musique originaleDaniel White
DécorateurJean Douarinou
MonteurJean Ravel

générique artistique

Georges Marchal(Michel)
Dany Robin(Christine)
Pierre Dudan(Luisito)
Pascale Roberts(La Morenita)
Marcel Lupovici(Don Ramon)
Roland Bailly(El Zubon)
Maurice Bénard
Emilio Carrer
Jean-Roger Caussimon(Don Gaspar)
Jean Combal
José Lewgoy(Salvador)
Marcel Pérès(le gardien de prison)

Bibliographie

Périodiques

Synopsis

A Guadalarda règne un tyranneau, le « protecteur » Don Salvador. Un groupe de libération « Justicia y Libertad » est surpris et détruit par la police. Son chef venait de commander une bague à un bijoutier français, Michel Dumartin. Michel est arrêté comme conspirateur et condamné à mort. Christine, sa jeune femme, parvient à le voir quelques minutes grâce à la vénalité du directeur de la prison, Don Gaspar. Contre la promesse de douze diamants, toute leur fortune, Don Gaspar accepte de faire passer Michel pour mort et de l'expédier, dans deux jours, à la fosse commune. Christine cherche à quitter la ville pour prendre ses diamants cachés à la campagne ; elle a alors le courage de s'enfermer dans le camion d'un boueux avec des cadavres qu'on va enterrer ; une fois hors de la ville, le chauffeur Zampa lui fait faire quelques kilomètres de plus ; obligée de continuer à pied, elle est ensuite prise en stop par un voisin de la villa, Luisitto. Echappant, grâce à Luisitto, à une attaque de bandits, elle arrive à sa villa pour la trouver pillée ; grâce à un indice, elle récupère les diamants puis Luisitto la ramène au dépotoir où, chaque soir, Zampa vient vider son camion. Elle peut ainsi rentrer en ville ; mais Zampa, qui n'entend pas la lâcher si vite, l'entraîne à un bal populaire. Don Salvador y vient également, avec sa favorite et son lieutenant ; il ne manque pas de remarquer Christine : il la fait inviter au palais et lui remet un sauf-conduit. Christine n'a qu'une pensée : remettre les diamants à Don Gaspar ; quand elle arrive à la prison, le cadavre du Gouverneur se balance à une potence. Il ne lui reste qu'une ressource : « le protecteur ». Elle monte au palais. Don Salvador entraîne Christine. La pauvre est prête à tout. Mais la favorite enrage de jalousie ; les deux femmes se battent puis s'expliquent ; rassurée sur les intentions de Christine, la favorite rafle les diamants et fait signer par le lieutenant la grâce de Michel. Mais ce dernier a réussi à s'évader ; il a escaladé les remparts malgré ses chaînes ; pourchassé, il cherche à gagner l'église pour profiter du droit d'asile ; il finit par pénétrer dans le clocher et c'est là que, sûr de sa liberté, il tombe dans les bras de Christine.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 08 avril 1957
Fin : 08 juin 1957

Lieux de tournage