Et la lumière fut (1989) Otar Iosseliani

Pays de productionFrance ; Allemagne ; Italie
Sortie en France 1990
>> Rechercher "Et la lumière fut" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurOtar Iosseliani
Assistant réalisateurJacques Arhex
ScénaristeOtar Iosseliani
Société de production Les Films du Triangle (Paris)
Société de production Direkt Film GmbH (München)
Société de production La Sept
Société de production RAI - Radio Televisione Italiana
Producteur déléguéAlain Quefféléan
Directeur de productionFrançois-Xavier Decraene
Distributeur d'origine Forum Distribution
Directeur de la photographieRobert Alazraki
Ingénieur du sonAlix Comte
Compositeur de la musique originaleNicolas Zourabichvili
Directeur artistiqueYves Brover-Rabinovici
MonteurOtar Iosseliani
MonteurUrsula West
MonteurMarie-Agnès Blum

générique artistique

Sigalon Sagna(Badinia)
Saly Badji(Okonoro)
Binta Cissé(Mzézvé)
Marie-Christine Dième(Lazra)
Alpha Sane(Yéré)
Abdou Sane(Bouloudé)
Souleimane Sagna(Soutoura)
Moussa Sagna(Ladé)
Fatou Seydi(Kotoko)
Ousmane Sagna(Gagou)
Marie-Solange Badiane(Djou)
Salif Kambo Sagna(Noukoumé)

Bibliographie

Périodiques

Synopsis

Au coeur de la forêt africaine, un village vit encore ses traditions matriarcales. Pendant que les hommes lavent le linge à la rivière, les femmes chassent à l'arc, agissent et décident. La sorcière Badinia exerce une autorité reconnue, en premier lieu par son mari Ladé. Ainsi, elle soutient la décision d'Okonoro de se séparer de son mari Soutoura qui n'a plus, depuis de longs mois, l'énergie de l'aimer et qui ne pense qu'à dormir et manger! Mais les camions des forestiers s'approchent de ce havre de bonheur, pour repérer leurs futures exactions, et laissent de leur passage quelques pneus qui sèment la zizanie parmi les habitants, jusqu'à ce que les femmes s'en débarrassent, pour retourner à leur bateau favori, les crocodiles! Mais "la civilisation" les cerne, malgré la réussite du puits creusé par Bouloudé, le bonheur d'Okonoro et Yéré qui devient un père parfait pour ses beaux-enfants, et le choix par les jeunes filles de leurs partenaires. La jalousie de Soutoura permet au gouverneur blanc d'intervenir, les forestiers abattent impitoyablement les arbres, et la clairière qu'était le village devient un désert... Il ne reste plus à ses habitants qu'à quitter des ruines causées par l'incendie et à rejoindre la ville. On les retrouve, gagnés par la gangrène de la misère, habillés à l'européenne et vendant les statuettes de leur passé. Le retour au village d'un jeune couple est-il l'annonce d'une nouvelle vie?
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation

Nombre total d'entrées en fin d'exclusivité (Paris)54354
Nombre de salles de sortie (Paris)4
Nombre de semaines d'exclusivité (Paris)15
Nombre d'entrée première semaine (Paris)9331

Palmares