Les Cracks (1967) Alex Joffé

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France01 mars 1968
Procédé image35 mm - Couleur
Durée110 mn
>> Rechercher "Les Cracks" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurAlex Joffé
Réalisateur seconde équipeL.A. Pascal
Assistant réalisateurMarc Grunebaum
Assistant réalisateurBernard Stora
ScénaristeAlex Joffé
ScénaristeJean Bernard-Luc
ScénaristeGabriel Arout
ScénaristePierre Lévy-Corti
DialoguisteAlex Joffé
DialoguisteJean Bernard-Luc
DialoguisteGabriel Arout
DialoguistePierre Lévy-Corti
Société de production Fides - Fiduciaire d'Éditions de Films (Paris)
Société de production Regina Films (Paris)
Société de production T.C. Productions (Paris)
Société de production SNC - Société Nouvelle de Cinématographie
Société de production Imperia Films
Société de production Les Films Corona (Paris)
Société de production West Film (Roma)
ProducteurGérard Ducaux-Rupp
ProducteurRené Pignères
ProducteurGérard Beytout
ProducteurPierre Bochart
ProducteurPierre Camot
ProducteurItalo Zingarelli
Directeur de productionPierre Saint-Blancat
Distributeur d'origine SNC - Société Nouvelle de Cinématographie
Directeur de la photographieJean Bourgoin
CadreurGilbert Chain
Ingénieur du sonPierre Calvet
Compositeur de la musique originaleGeorges Delerue
DécorateurPhilippe Ancellin
DécorateurJean Mandaroux
CostumierHélène Nourry
CostumierMarie-Ange Schlicklin
MaquilleurSerge Groffe
MaquilleurMaud Bégon
CoiffeurJanou Pottier
MonteurEric Pluet
ScriptFrancine Corteggiani
ScriptGeneviève Cortier
RégisseurJean-Pierre Spiri-Mercanton
RégisseurRaymond Favre
CascadeurYvan Chiffre
Photographe de plateauLéonard de Raemy

générique artistique

Bourvil(Jules Duroc)
Robert Hirsch(Mulot)
Monique Tarbès(Delphine Duroc)
Michel de Ré(le marquis de Lion)
Anne Jolivet(Jocelyne de Lion)
Bernard Verley(Lelièvre)
Gianni Bonagura(Pifarelli)
Max Fournel(Osmond)
Patrick Préjean(Médard)
Teddy Bilis(Mouton)
Francis Lax(Carrel)
Edmond Beauchamp(le vétéran)
Roger Caccia(le pêcheur)
Hélène Rémy(Marina)
Gilles Dreu(le serrurier)
Paul Wagner(Latina)
Giuseppe Mattei(Orlandi)
Jean-Claude Monteil(un coureur)
Marcel Pérès(le garde-barrière)
Fernand Guiot(un gendarme)
Adrien Cayla-Legrand(un gendarme)
Gérald Denizot(Maître Rossignol)
Georges Gueret(le coureur arrosé)
Jacques Plée(le sacristain arrosé)
Jean Cherlian(un coureur)
Jacques Arbez
Serge Coursan
Daniel Romand

Bibliographie

Synopsis

Paris en 1901, peu avant le départ de la « course du siècle » : Paris-San Remo. Un petit bricoleur inventeur, Jules-Auguste Duroc, a mis au point une bicyclette très en avance sur son temps par sa maniabilité et sa légèreté. C'est le beau-frère de Duroc qui doit porter les couleurs de la nouvelle marque dans la course. Mais Duroc s'est endetté. L'huissier Mulot vient saisir tous ses biens. Duroc s'enfuit avec sa précieuse invention. Arrivé sous la tour Eiffel où doit être donné le départ, il s'aperçoit que son beau-frère court pour une autre marque. Déçu, et n'ayant pas le choix des moyens, Duroc s'engage dans la course, poursuivi par Mulot et sa femme qui veut éviter à Duroc les ennuis d'une fuite illégale. Au cours du voyage, Duroc va essayer de prouver aux autres coureurs les avantages de son engin. Quand, par exemple, Mulot jette des clous sur la route pour provoquer la crevaison des pneus, Duroc répare et change de roue en un temps record. A Fourgues-les-Eaux, premier arrêt,il est le seul à ne pas boire la citronnade remplie de somnifère préparée à son intention par l'infatigabis huissier. A Vichy (deuxième arrêt), ce dernier a convoqué le commissaire pour procéder à la saisie. Duroc ne peut l'éviter qu'en signant un contrat d'association draconien avec Mulot, celui-ci se réservant la majorité des parts. Le directeur des coureurs italiens conçoit un plan diabolique pour éliminer les Français : il les enferme dans un train dévié de sa route, tandis que les Italiens continuent victorieusement, et maintenant sans rivaux, leur chemin. Mais Mulot et Duroc déjouent tous les pièges. Seulement, la fatigue s'empare de plus en plus de Duroc, qui n'a pas l'entraînement d'un coureur professionnel. Dans la descente qui précède l'arrivée à San Remo, Mulot coupe le frein du vélo de son associé qui, en roue libre, arrive premier dans un stade désert car, non loin de là, le grand Caruso chante gratuitement. Duroc recevra néanmoins un chèque appréciable pour la vente de sa bicyclette dont le modernisme est enfin reconnu.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 31 juillet 1967
Fin : 11 novembre 1967

Lieux de tournage