Ote-toi de mon soleil (1982) Marc Jolivet

Pays de productionFrance
Sortie en France 1984
>> Rechercher "Ote-toi de mon soleil" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurMarc Jolivet
Assistant réalisateurÉric Mistler
Assistant réalisateurBernard Uzan
ScénaristeMarc Jolivet
Société de production Biofilm
Directeur de productionPatrick Zeyen
Distributeur d'origine Columbia Pictures
Distributeur d'origine Warner Bros.
Directeur de la photographiePierre Boffety
Directeur de la photographieDaniel Leterrier
Directeur de la photographieElisabeth Prouvost
Ingénieur du sonPatrick Minot
Compositeur de la musique originalePierre Chérèze
Compositeur de la musique originaleDany Darras
MonteurBernard Uzan

générique artistique

Marc Jolivet(Marc Thomas)
Sylvie Koechlin(Sylvie)
Hubert Saint-Macary(Hubert)
Patricia Carrière(Patricia)
Patrick Zeyen(Antisthène)
François Berléand(Socrate)
Brigitte Chamarande(l'antiquaire)
Véronique Chobaz(Véronique)
Martin Terrier(Martin)
Jacques Thébault

Bibliographie

Synopsis

Marc Thomas est un petit publicitaire sans intérêt(s). Pourtant, cet homme quelconque, à l'existence bien cadrée, subit des dérapages intermittents - rêves, cauchemars, phantasmes -, l'entraînant dans l'antiquité grecque, à l'époque de Diogène le Cynique, dont la légende est depuis longtemps devenue sa réalité. Endossant frusques et personnalité du philosophe, Marc Thomas délire et dérive. Jusqu'au jour où il largue vraiment les amarres, abandonnant ses biens à un inconnu pour mieux suivre les traces du "chien céleste". "Empruntant" sans billet un train qui va vers le Sud, il paye sa place de sa personne en divertissant voyageurs et contrôleur par ses facéties. Mais ce joyeux compagnon errant voit sa route philosophique détournée par le frais minois d'une jolie jeune femme. Grâce au livre qu'elle a oublié sur son siège, il retrouve bientôt la trace de la belle apparition trop vite disparue. Et sa quête inquiète se mue en délices amoureux au sein d'un paysage paradisiaque. Toutefois, hanté par son double cynisant, Marc fuit l'amour et reprend sa course. Dans un mirage alcoolique, Marc-Diogène converse avec Socrate et Antisthène et trouve son tonneau, avant que de s'essayer à mourir, comme son maître, en retenant sa respiration. Las! L'amour est le plus fort et, à bout de souffle, "dédiogénisé", Marc Thomas se précipite vers l'oxygène, vers la vie, vers... l'édénique Sylvie.
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation