Un idiot à Paris (1966) Serge Korber

Pays de productionFrance
Sortie en France 1967
>> Rechercher "Un idiot à Paris" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurSerge Korber
Auteur de l'oeuvre originaleRené Fallet
DialoguisteMichel Audiard
Directeur de productionRobert Sussfeld
Directeur de productionMireille de Tissot
Directeur de la photographieJean Rabier
Ingénieur du sonRaymond Gauguier
Compositeur de la musique originaleJacques Brel
Compositeur de la musique originaleBernard Gérard
DécorateurRobert Luchaire
MonteurGermaine Lamy

générique artistique

Jean Lefebvre(Goubi)
Dany Carrel(La Fleur)
Bernard Blier(Dessertine)
Bernadette Lafont(Berthe)
Philippe Avron(Flutiaux)
Robert Gastel(le balayeur et un agent)
Marc Arian(le faux aveugle)
André Badin(Graffouillère)
Fernand Berset(Jules)
Louis Bugette(le gardien aux Halles)
Jean Carmet(Ernest)
Robert Dalban(Patouilloux)
André Dalibert(un agent)
Claude Evrard(un inspecteur)
René Fallet(le curé de Jaligny et un intellectuel)
Pascal Fardoulis
Hubert de Lapparent(le commissaire)
Paul Le Person(Jean-Marie Laprune)
Micheline Luccioni(Lucienne)
Serge Martina(l'amoureux sur le banc)
Jean-Claude Massoulier(un inspecteur)
Jean Minisini(un fort des Halles)
Pierre Montbard
Bernard Papineau
Jeanne Pérez(la mère Catolle)
André Pousse(le taxi)
Paul Préboist(le garde)
Lucien Raimbourg(Catolle)
Albert Rémy(Rabichon)
Pierre Richard(un flic)
Roger Riffard
Yves Robert(l'évadé des H.L.M.)
Gilbert Servien(patron de café)
Dominique Zardi(badaud)

Bibliographie

Synopsis

On se moque de lui, mais on l'aime bien, le Goubi, à Jaligny-sur-Besbre (Ailler) ; il fait partie du décor, ce vieil enfant de l'Assistance, un peu simplet, qui rêve de voir la Tour Eiffel et Montmartre. Deux loustics du village, camionneurs de leur état, imaginent de le saouler et de le transporter à Paris, ronflant sur le tas de choux qu'ils vont livrer aux Halles. Le pauvre Goubi se réveille complètement ahuri au milieu des cageots de légumes. Dans l'agitation fébrile qui règne sur le carreau, il se perd bien vite, cherchant vainement la Tour Eiffel. Il se retrouve sur le trottoir où une dame fort aimable et décolletée l'invite à monter dans sa voiture. Il met un petit moment à comprendre la profession de la belle rousse mais elle a vite fait de jauger le client ou plutôt de le humer, et s'en débarrasse sans circonlocutions. Voilà le pauvre Goubi replongé dans le tourbillon, affolé par des feux verts qui deviennent rouges, errant enfin dans les allées sanglantes du pavillon des viandes. C'est sa bonne étoile qui l'y conduit car, dans ce quartier, règne un gros mandataire, lui aussi enfant de l'Assistance, qui lui offre, avec sa carte, sa protection illimitée. Celle-ci se révèle efficace, en délivrant du commissariat de police notre Goubi bouclé pour tapage. Mais il n'en sortira pas seul car il y a retrouvé la belle rousse qui lui confie son amour des fleurs, des bêtes, de la nature. Goubi à son tour lui parle en termes émus de Charlotte, sa jument, et des grasses plaines de son Bourbonnais. La Fleur, c'est le nom de l'accorte personne, est toute retournée : elle l'emmène chez elle, le lave, l'habille. Il n'est plus tout jeune, mais elle est lasse du métier ; elle a de confortables économies, il connaît une ferme à vendre qu'il décrit si belle : elle lui propose le mariage et le retour à la terre. Il en perd le souffle mais accepte. Aux innocents les mains pleines ! Goubi, qui a tout de même vu la Tour Eiffel, laissera muets de stupeur ses concitoyens en rentrant à Jaligny au volant d'une voiture de sport (dont la boite de vitesse souffre un peu), une charmante jeune femme à ses côtés, qui respire à pleins poumons la bonne odeur du fumier en rêvant d'un avenir peuplé de veaux, vaches, cochons, couvées.
© Les fiches du cinéma 2003
Logo

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 10 octobre 1966
Fin : 30 novembre 1966