Laisse aller, c'est une valse (1970) Georges Lautner

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France 1971
DistributeurGaumont (source : ADRC)
>> Rechercher "Laisse aller, c'est une valse" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurGeorges Lautner
ScénaristeBertrand Blier
DialoguisteGeorges Lautner
DialoguisteBertrand Blier
Société de production Gaumont International
Société de production Roberto Loyola Cinematografica (Roma)
Directeur de productionRoger Debelmas
Distributeur d'origine Gaumont Distribution
Directeur de la photographieMaurice Fellous
Ingénieur du sonLouis Hochet
Compositeur de la musique originale Les Cliniques
DécorateurJean d' Eaubonne
MonteurMichelle David

générique artistique

Jean Yanne(Serge)
Mireille Darc(Carla)
Michel Constantin(Michel)
Bernard Blier(Caillaud)
Nanni Loy(Varese)
Claude Melki(le chauffeur de Caillaud)
Daniel Vérité(Daniel)
Jean Luisi(chasseur)
Daniel Prévost(Pierre)
Georges Rangassami(Djemal)
Coluche(le patron du café)
Guy Delorme(homme de Varese)
René Clermont(le divisionnaire)
Paul Préboist(Rollas)
Philippe Castelli(le directeur de la prison)
Eva Simonet
Venantino Venantini(Tosca)
Jess Hahn(Congo)
Georges Claisse(Reuter)
Rufus(Bertram)
Emile Riandreys(Henri)
Raoul Saint-Yves(1er croque-mort)
Hervé Sand(le pompiste)
Christian Bertola(chasseur)
Michel Daquin(chasseur)
Lucien Frégis(chasseur)
Maurice Vamby(chasseur)
Philippe Khorsand(homme de Varese)
Jean Martin(homme de Varese)
Pippo Merisi(l'adjoint du divisionnaire)
Jean-Luc Adler(un inspecteur)
Albert Simon(dans son propre rôle)
Jacques Paoli(dans son propre rôle)
Jean-Michel Ribes(Carlo)
Pierre Plessis(chasseur)
René Bouloc(2ème croque-mort)
Gérard Darrieu
Thérèse Renoir
Robert Berri
Eric Chartier
Fabrice Dague
Jean-Christophe Etienne

Bibliographie

Synopsis

A sa sortie de prison, Serge Aubin est attendu par une bande désîreuse de savoir où se trouvent les bijoux volés. D'un pas tranquille, Serge se dirige vers le café le plus proche. Il a le temps d'y rencontrer son complice et de mettre au point un plan de défense. Puis, Serge, entouré de ses poursuivants, gagne un immeuble parfaitement gardé, où il subit un interrogatoire. Malgré l'utilisation d'électro-chocs, de bains forcés, Aubin n'a qu une réponse : « Santini ». Pendant ce temps, la femme de Serge, qui vit avec Carlos, le chef de la bande, s'inquiète ; elle ne désire pas que son mari soit brutalisé, mais elle sait qu'il a juré de la tuer. Le complice de Serge, grâce à ses qualités de tireur, parvient à le délivrer. Tous deux se rendent auprès de Mme Aubin. L'accueil de celle-ci est amical ; Serge, en revanche, n'oubliant pas qu'il a été envoyé en prison par la faute de sa femme, se montre brutal. Il la prend comme otage afin de sortir de l'immeuble cerné. Puis, tous trois se rendent dans une ferme éloignée. Pendant ce temps, le commissaire de police fait un rapprochement entre les cadavres découverts dans l'immeuble et la sortie récente de prison de Serge Aubin. Il prend donc l'affaire en main. Dans la ferme isolée, Mme Aubin est prisonnière, tandis que le complice de son mari commence à creuser sa tombe. Les pistolets sont prêts, la tombe aussi, mais Serge ne se détermine pas à tuer sa femme. Bien au contraire, ils décident de reprendre une vie commune. Si le commissaire de police n'a pas perdu la trace de Serge Aubin, Carlos non plus. La ferme est cernée de toutes parts par des hommes armés. Mais, l'habileté de Serge et celle de son complice n'ont pas d'égales : la bande de Carlos est réduite en peu de temps. Les trois amis partent récupérer les bijoux. Santini, qui les cachait réellement, est enterré ce jour-là ! C'est auprès d'un membre de la famille du défunt qu'ils les retrouveront. Toujours recherchés par le commissaire de police, Serge, sa femme, et son complice partent monnayer les bijoux en Belgique. Au cours du trajet, n'ayant plus d'argent pour payer de l'essence, ils se préparent au hold-up d'une station-service. Ils se trouvent en face de chasseurs qui y festoyaient ! . Finalement, Mme Aubin gagne seule la frontière, où elle est arrêtée par le commissaire. Celui-ci propose un marché aux trois amis, et l'année se termine pour eux quatre, sous le soleil de la Martinique. « Mais, M. le Commissaire, la Martinique est un département français », dit le chef de la police noir en présentant à chacun des menottes.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Videos

EditeurGCTHV - Gaumont Columbia Tristar Home Video (Boulogne-Billancourt)
DistributeurGCTHV - Gaumont Columbia Tristar Home Video (Boulogne-Billancourt)
Annee1987
VersionVersion originale
FormatVHS - SECAM
PaysFrance
Nb/coul.Coul.
Durée98 minutes

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 02 novembre 1970
Fin : 10 janvier 1971