Légitime violence (1982) Serge Leroy

Pays de productionFrance
DistributeurTamasa Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "Légitime violence" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurSerge Leroy
Assistant réalisateurAlain Maline
Assistant réalisateurChristine Raspillère
Assistant réalisateurRégis Ribes
ScénaristePatrick Laurent
ScénaristeJean-Patrick Manchette
Société de production Cinédéal
Société de production Farena Films
Société de production Filmédis (Paris)
Société de production Kuiv Productions
Société de production Stephan Films (Paris)
Producteur déléguéVéra Belmont
Directeur de productionLinda Gutenberg
Distributeur d'origine AMLF (Paris)
Directeur de la photographieRamón Suárez
Ingénieur du sonBernard Aubouy
Compositeur de la musique originaleJean-Marie Sénia
DécorateurCarlos Conti
MonteurFrançois Ceppi

générique artistique

Claude Brasseur(Martin Modot)
Véronique Genest(Lucie Kasler)
Thierry Lhermitte(Eddy Kasler dit Eddy Roc)
Roger Planchon(Philippe Miller)
Michel Aumont(Le commissaire Brousse)
Plastic Bertrand(dans son propre rôle)
Dominique Besnehard
Christian Bouillette(inspecteur Gouvion)
François Clavier(Le Gay)
Mireille Delcroix(Christine Modot)
Francis Frappat(inspecteur Carbucci)
Arlette Gilbert(Mme Lucien Modot)
Valérie Kaprisky(Nadine)
Christophe Lambert(Jockey)
Jean-Marie Lemaire(Mata-Hari)
Francis Lemarque(Lucien Modot)
Serge Leroy(barman)
Mado Maurin
Pierre Michaël(Robert Andreatti)
André Valardy(Varin, collègue de Martin)
Elodie Warnod(Pauline Modot)
Mimi Young

Bibliographie

Synopsis

Les Modot viennent de fêter en famille l'anniversaire de l'un d'eux. A la gare de Deauville, où ils s'apprètent à se séparer, un certain Andréani, responsable d'un mouvement d'action civique, dit au revoir à Lucie Kasler qui l'a "dragué" quelques heures auparavant, pour rendre servir à son frère Eddy. Dans l'ombre, celui-ci les observe. Brusquement deux hommes armés font irruption dans la gare et tirent dans la foule, après avoir commis un hold-up. Andréani, la mère, la femme et la fille de Martin Modot sont tués. Blessé, son père est conduit à l'hôpital. De retour à Paris, Martin, très abattu, est longuement interrogé par l'inspecteur Gouvion, puis, contacté par Miller, le président du Capmac, une puissante association d'auto-défense. Au bout de quelques jours, comme l'enquête piétine, Martin n'a bientôt qu'une seule idée en tête: retrouver lui-même les meurtriers des siens. Prenant alors un congé, il adhère au Capmac, fait établir un portrait-robot de Lucie Kasler, autre témoin de la fusillade que la police n'a toujours pas identifié, et finit par la rencontrer, grâce à un coup de téléphone anonyme! D'abord silencieuse, Lucie consent à lui parler quand elle découvre la vérité. Le hold-up n'a été qu'un prétexte pour camoufler un assassinat politique orchestré par le commissaire Brousse. Bavure donc que la mort des Modot! Consciente d'avoir servi d'appât et persuadée que Brousse va maintenant faire éliminer Eddy et ses copains Jockey et Mata-Hari, Lucie accepte d'aider Martin. Ensemble, ils se débarrassent de Jockey qui tentait de les supprimer, mais ils arrivent trop tard au repaire de ses deux complices. La police et le Capmac, manipulé par Brousse, cernent déjà les lieux. Mata-Hari abattu par Eddy et lui-même tué après son arrestation par les sbires de Miller; Brousse, suffisant, peut alors donner sans risque sa propre version des faits à la presse.
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation

Nombre total d'entrées en fin d'exclusivité (Paris)200072
Nombre de salles de sortie (Paris)30
Nombre de semaines d'exclusivité (Paris)13
Nombre d'entrée première semaine (Paris)85469