Le Dernier saut (1969) Edouard Luntz

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France 1970
>> Rechercher "Le Dernier saut" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurEdouard Luntz
Auteur de l'oeuvre originaleBartholomé Benassar
DialoguisteAntoine Blondin
Société de production Lira Films (Paris)
Société de production Sonocam (Paris)
Société de production C.F.D.C. - Compagnie Française de Distribution Cinématographique (Paris)
Société de production Fida Cinematografica (Roma)
Directeur de productionRalph Baum
Directeur de productionMarc Goldstaub
Distributeur d'origine C.F.D.C. - Compagnie Française de Distribution Cinématographique (Paris)
Directeur de la photographieJean Badal
Ingénieur du sonAntoine Bonfanti
Compositeur de la musique originaleEugène Kurtz
DécorateurFrançois de Chabaneix
MonteurColette Kouchner
ScriptSylvette Baudrot

générique artistique

Maurice Ronet(Garal)
Michel Bouquet(Jauran)
Cathy Rosier(Florence)
Eric Penet(Peras)
André Rouyer(Salvade)
Michel Garland(l'avocat)
Sady Rebbot(le professeur)
Betty Beckers(La préposée)
Douchka(la serveuse)
Catherine Arditi(Christiane Dancour)
Albertine Bui(Tai)
Michel Charrel(le patron du café)
Yves Elliot(M. Marcel)
Robert Favart(l'adjoint de Jauran)
Gérard Huart(le juge d'instruction)
Bob Ingarao(le contrôleur du bal)
Roland Malet(le garçon de café)
Marc Porel(le danseur arrêté)
Jacques Préboist(le porteur)
Michel Puterflam(l'agent de police)
Lionel Vitrant(un para)
Abel Corty
Gustavo De Nardo
Lucas de Chabaneix
Jean-Daniel Ehrmann
Jean-Pierre Janic
André Valin
Michael Schock
Gérard Zimmermann
Bernard Ladrière
Pierre Arditi

Bibliographie

Synopsis

Après plus de dix ans passés sous l'uniforme des paras, le sergent-chef Garal s'est décidé à quitter l'armée. Il lui reste une semaine à « tirer » dans la caserne de Lyon avant son retour à la vie civile. Un soir, une brusque impulsion le pousse à aller retrouver sa jeune femme, Taï, une indochinoise, qui tient un salon de coiffure à Villeneuve-sur-Seîne. Taï est sortie. Elle ne rentre que tard dans la nuit, juchée sur la moto d'un jeune homme. Rendu fou de jalousie par la colère et l'angoisse, Garal l'étrangle, efface les traces de son passage, revient à Lyon et se construit un alibi. Une semaine plus tard, démobilisé, Garal s'installe à Villeneuve ; il est convoqué aussitôt par le Commissaire Jauran, qui lui apprend l'arrestation du présumé coupable de l'assassinat ; le jeune amant de Taï, Gissard. Une amitié étrange, exclusive et oppressante, naît entre le commissaire et le para, deux êtres solitaires rejetés par une société qui les méprise. Cependant, Garal a en sa possession une preuve qui pourrait le confondre : un billet de chemin de fer pour Lyon. Curieusement, par défi, il ne la détruit pas. Le commissaire Jauran étouffe les doutes qu'il commence à éprouver sur la culpabilité de son ami. Garal se demande si l'amitié de Jauran est assez forte pour l'accepter coupable. Il lui fait alors parvenir le billet de chemin de fer. Chez sa maîtresse, Florence, Garal verra apparaître les voitures de police.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation