Une ravissante idiote (1963) Edouard Molinaro

Pays de productionFrance
Sortie en France 1964
>> Rechercher "Une ravissante idiote" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurEdouard Molinaro
Auteur de l'oeuvre originaleCharles Exbrayat
DialoguisteGeorges Tabet
DialoguisteAndré Tabet
Société de production Les Productions Belles Rives (Paris)
Directeur de productionRobert Florat
Directeur de la photographieAndreas Winding
Ingénieur du sonRobert Biart
Compositeur de la musique originaleMichel Legrand
DécorateurJean André
DécorateurRobert Clavel
MonteurRobert Isnardon

générique artistique

Brigitte Bardot(Penelope Lightfeather)
Anthony Perkins(Harry Compton)
Grégoire Aslan(Bagda)
André Luguet(Sir Reginald Dumfrey)
Denise Provence(Lady Barbara Dumfrey)
Hélène Dieudonné(Mamie)
Martine de Breteuil(Marjorie)
Annick Allières(Eléonore, la serveuse)
Dominique Page(Rosemary)
Frédérica Layne(Maud Smith)
Louise Chevalier(la dame interrogée)
Jacques Monod(Surgeon)
Paul Demange(le directeur de la banque)
Jean-Marc Tennberg(Inspecteur Cartwright)
Charles Millot(Balanier)
Hans Verner(Donald Farrington)
Robert Murzeau(Clément)
Jacques Hilling(le Lord-Amiral)
Van Doude(le policeman du barrage)
Jacques Dynam(le policeman à la voiture)
Robert Le Béal(le capitaine Fellow)
Pierre Duncan(Peter Walter)
Jean-Pierre Laverne(le chef du restaurant)
Raoul Saint-Yves(le policeman du parc)
Marc Arian(le serveur)
Guy Grosso(un homme interrogé)
Michel Garland(un autre homme interrogé)
Raoul Guylad(le cavalier de Barbara)
Yvon Sarray(un policier)
Henri Marteau(Herbert)
Max Desrau(le collègue d'Harry)
Philippe Castelli(le client du restaurant)
Michel Duplaix(James W.C. Tapple)
Adrien Cayla-Legrand(un invité à la réception)
Arlette Balkis
Robert Blome

Bibliographie

Synopsis

Harry Compton, alias Nicolas Sergueievitch Milioukine, est le fils d'une Anglaise et d'un émigré russe, employé de banque distrait et amoureux transi d'une blonde inconnue. Mis en retard par sa cour muette, il perd son travail et décide d'offrir ses services à l'espionnage soviétique. Parallèlement, l'Amirauté, en vue de démasquer le chef des espions en question, se donne un mal fou pour que de faux documents confiés à la garde de Sir Reginald Dumfrey tombent entre leurs mains. C'est précisément le travail que Bagda, espion intermédiaire, confie à l'espion novice Harry (alias Nicolas). Coup de chance : la blonde inconnue, qui se nomme Penny, obtient à grand peine que Harry lui déclare sa flamme, se révèle membre du Parti et couturière à domicile, pour le moment à la disposition de Lady Dumfrey. Il n'y a plus qu'à l'utiliser, ce qui n'offre guère de difficultés théoriques puisqu'elle est, de l'aveu général, aussi stupide que ravissante. Mais Harry (alias Nicolas) est tellement maladroit que les efforts conjugués de Lord Dumfrey, de Bagda et de Penny ont bien du mal à lui mettre en mains le fameux document qui, d'ailleurs, reviendra fidèlement à son dépositaire initial. Peu importe, l'Amirauté va publier sa disparition, afin de jeter le trouble dans le camp adverse. Les espions se liquident mutuellement en série. Nicolas est en bien mauvaise posture. Mais Penny, qui se révèle finalement la moins idiote de tous, sauve la situation. Elle et Harry auront beaucoup de ravissants « petits idiots ».
© Les fiches du cinéma 2003
Logo

Exploitation