Les Saintes nitouches (1962) Pierre Montazel

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France 1963
>> Rechercher "Les Saintes nitouches" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurPierre Montazel
ScénaristePierre Montazel
Société de production Transworld Productions (Paris)
Société de production Cosmos Film (Roma)
ProducteurGilbert Bokanowski
Directeur de productionAdeline Crouset
Directeur de la photographieGilbert Sarthre
Ingénieur du sonPierre Calvet
Compositeur de la musique originaleAndré Hodeir
Compositeur de la musique originaleRichard Lamy
DécorateurEugène Piérac
MonteurRaymond Lamy

générique artistique

Marie-France Pisier(Angelica)
Bernard Blier(M. Bibois)
Perrette Pradier(Catherine)
Claude Cerval(Clauval)
Ziva Rodann(Shirley)
Fred Clark(Whitehall)
Birgit Bergen(Ingrid)
Christian Marquand(Steve)
Lilo(Mme Bibois)
Michel Subor(Gérard Le Gall)
Gisèle Sandré(Odile)
Alan Scott(Cornelius)
Darry Cowl(le cambrioleur)
Janet Brandt(Mrs Whitehall)
Reggie Nalder
Harald Wolff
Claudie Laurence
Edward Meeks
André Badin

Bibliographie

Synopsis

Angelica, fille de « l'antiquaire le plus cher de Paris », est kleptomane. Au cours d'une nuit de bal où elle a pu satisfaire sa passion, elle est éblouie par les bijoux de Shirley Whitehall, riche héritière avec laquelle, aussitôt liée d'amitié, elle part pour Saint-Tropez. Sans nouvelles des jeunes filles qui mènent joyeuse vie, les parents délèguent aux nouvelles les deux soeurs d'Angelica, puis les rejoignent eux-mêmes. Tous sont happés par le tourbillon, et Angelica poursuit ses fructueuses activités. Mais les choses se gâtent : des inconnus menaçants apparaissent à Angelica ; un vol a lieu dans la villa des parents de Shirley et Angelica est soupçonnée, bien à tort cette fois. L'antiquaire étouffe l'affaire. Mais Angelica, enlevée presque de force par un couple « très bien », comparaît en grand mystère devant six directeurs de compagnies d'assurances qui, responsables pour les nombreux bijoux volés, l'ont fait pister par leur police privée. Belle joueuse, Angelica restitue les bijoux avec la même adresse qu'elle avait mise à les voler. Adresse telle qu'émerveillés, les assureurs lui offrent un emploi. Mais Angelica n'a plus de but dans l'existence ; la passion qu'elle portait aux bijoux était une sorte de passion amoureuse. Tout ira mieux, sans doute, quand elle rencontrera l'élu de son coeur.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 27 août 1962
Fin : 15 octobre 1962