Le Voleur du Tibidabo (1964) Maurice Ronet

Pays de productionFrance ; Espagne
Sortie en France 1965
>> Rechercher "Le Voleur du Tibidabo" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurMaurice Ronet
ScénaristeMaurice Ronet
ScénaristeJean-Charles Tacchella
DialoguisteRemo Forlani
Société de production NEF - Nouvelles Éditions de Films (Paris)
Société de production Jet Films (Barcelone)
Directeur de productionAlain Quefféléan
Directeur de la photographieAlain Levent
Compositeur de la musique originaleAntoine Duhamel
Interprète des chansons originalesAnna Karina
DécorateurManuel Infiesta
ScriptSuzanne Durrenberger

générique artistique

Maurice Ronet(Nicolas)
Anna Karina(Maria)
Pepe Nieto(Van Ecker)
Enrique Herreros(Le colonel)
Luis Ciges(Peperone)
Juan Puche
Amparo Soler Leal
Salvador Soler Marí
Manuel Bronchud
Enrique Casamitjana

Bibliographie

Synopsis

Pour rendre service à un compatriote empêtré - dit-il - dans une affaire sentimentale, Nicolas, jeune Français qui vit à Barcelone du commerce des glaces, cache dans sa voiture cet Alex qui vient, en fait, de cambrioler une bijouterie. Alex s'enfuit en lui laissant quelques billets : Nicolas en dissimule une partie dans sa voiture et s'empresse d'employer le reste à combler de fleurs la jolie Maria qui danse au théâtre Molino et à régaler ses amis du café français où il a ses habitudes. Ceux-ci, attendris par de généreuses libations, s'attachent à ses pas et Nicolas passe la nuit à essayer de les semer pour être seul avec Maria. Mais il a été vu dans les parages de la bijouterie cambriolée et la police l'interroge : sans preuves, elle le relâche mais le surveille. Il ne peut plus rentrer chez lui et ses jeunes clients mangeurs de glace, très fiers, le croyant coupable, de connaître un audacieux voleur, le cachent et organisent son transport en corbillard dans un refuge de banlieue. Leur « héros » que la police recherche maintenant, est en danger, ne pouvant prouver son innocence et les enfants veulent le faire fuir sur un bateau en partance. Il lui faut donc de l'argent et le magot est chez lui, inaccessible. De plus, Nicolas est menacé de mort par un syndicat de cambrioleurs qui estiment qu'il leur doit une indemnité pour avoir chassé sur leurs terres. Que faire ? Une expédition est organisée par les enfants pour récupérer l'argent dans la voiture sous le nez de la police mais les amis du café, ayant eu vent de l'affaire, les devancent déguisés en peintres, décidés à faire fructifier ces capitaux. Ils seront bientôt déçus car la radio annonce que les numéros des billets ont été relevés et peu après que le vrai voleur est sous les verrous. Les enfants, très dépités aussi de s'être donné tant de mal pour un faux héros, abandonnent Nicolas sans même lui faire part de ces nouvelles qui l'innocentent. Les tueurs revendicatifs ignorent aussi l'arrestation d'Alex et poursuivent Nicolas tout au long de la folle nuit qu'il passe joyeusement, la croyant la dernière, en compagnie de Maria et de ses amis. A l'aube, tout le monde se retrouvera en prison, mais pour tapage nocturne, et Nicolas, qui a craint d'être accusé de complicité, pourra repartir, joyeux, avec Maria vers un heureux avenir.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation