Les Trottoirs de Saturne (1985) Hugo Santiago

Pays de productionFrance ; Argentine
Sortie en France 1986
>> Rechercher "Les Trottoirs de Saturne" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurHugo Santiago
Assistant réalisateurArnaud Esterez
ScénaristeJorge Semprún
ScénaristeHugo Santiago
ScénaristeJuan José Saer
Société de production Caliban Audiovisuel
Société de production Euro American Films
Producteur déléguéPierre-Henri Deleau
Producteur exécutifHubert Niogret
Distributeur d'origine Neuf de Coeur Productions
Directeur de la photographieRicardo Aronovich
Opérateur steadycamJean-Marc Bringuier
Compositeur de la musique originaleRodolfo Mederos
Compositeur de la musique originaleEduardo Arolas
CostumierMarcial Berro
MonteurFrançoise Belleville

générique artistique

Rodolfo Mederos(Fabian Cortes)
Bérangère Bonvoisin(Danielle Mallet)
Edgardo Lusi(Mario)
Andrea Aronovich(Marta)
Philippe Clévenot(Le commissaire)
Tomás Gubitsch(guitariste)
Sophie Loucachevski(Dominique)
Emmanuel Dechartre(Frank)
François Ode(le tueur)
Osvaldo Caló(claveciniste)
Patrick Bonnel(propriétaire de l'Estrapade)
Stanislav Stanojevic(Mirko)
Juan Quirno(El Tano)
Mónica Mórtola(Laura)
Maurice Vallier(PDG de la maison de disques)
Diego Mas Trelles(Luna)
Karl-Heinz Schäfer(chef d'orchestre)

Bibliographie

Synopsis

Fabian Cortès a disparu. Son amie Danielle est inquiète. Ses amis, comme lui exilés, le cherchent. A-t-il fait une fugue? Est-il victime de la violente répression qui sévit dans son pays d'Amérique latine, l'Aquilea? Virtuose du bandonéon, exilé à Paris depuis douze ans, il réapparaît soudain. Il ne supporte plus les enregistrements de ses musiques, les représentations de son Septuor, son amie avocate. Il disparaît pour retrouver son maître Arolas, rencontré aux coins de rues. Mais Arolas est mort dans les années 30. Pris d'hallucinations, il n'arrive plus à écrire une note. Son téléphone sonne, mais au bout, personne ne répond. Il se sent menacé. Pourtant, quand il s'installe derrière son bandonéon, l'osmose vient, chaque instrument prend sa place. Mais Fabian n'y trouve plus sa raison de vivre. "Nous sommes un signe privé de sens", dit la phrase d'une peinture. L'arrivée de sa soeur Marta va lui rendre l'espoir. Elle veut revenir en Aquilea avec un groupe de guérilleros. Il a besoin de toucher les ruines de son pays, de remonter le temps. Mais les premiers arrivés là-bas sont arrêtés. Le soir du dernier concert, la musique de Fabian Cortès retrouve sa vigueur, dans la salle tout le monde est là, les amis, Arolas et trois hommes à tête de tueurs. Le jour du départ, Fabian retrouve sa soeur assassinée, il n'aura pas le temps de revoir ses compagnons, il ne reverra jamais son pays.
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation