Il pleut sur Santiago (1975) Helvio Soto

Pays de productionFrance ; Bulgarie
Procédé image35 mm - Couleur
Durée112 mn
>> Rechercher "Il pleut sur Santiago" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurHelvio Soto
ScénaristeHelvio Soto
ScénaristeGeorges Conchon
Société de production Les Films Marquise (Paris)
Distributeur d'origine UGC - Union Générale Cinématographique
Distributeur d'origine C.F.D.C. - Compagnie Française de Distribution Cinématographique (Paris)
Directeur de la photographieGeorges Barsky
Compositeur de la musique originaleAstor Piazzolla
MonteurCécile Decugis
ScriptSylvette Baudrot

générique artistique

Bibi Andersson(Monique Calvé)
Laurent Terzieff(Calvé)
Jean-Louis Trintignant(le senateur)
Dimitar Buynozov(le chef de la garde)
Nicole Calfan(la fille d'Allende)
John Abbey(l'agent américain)
Riccardo Cucciolla(Olivares)
Naicho Petrov(Allende)
Vera Dikova(la femme de Jorge)
André Dussollier(Hugo)
Henri Poirier(Pinochet)
Bernard Fresson(un ministre)
Annie Girardot(Maria Olivares)
Dimiter Guerasimof(le chanteur)
Patricia Guzmán(l'étudiante)
Serge Marquand(le général Lee)
Olivier Mathot(le politicien)

Bibliographie

Synopsis

Chili, mardi 11 septembre 1973. Au petit matin, Jorge, un militant de l'Union Populaire, prévient en toute hâte la présidence de la République à Santiago de l'imminence d'un coup d'état militaire. Dans le port de Valparaiso, en effet, les navires de guerre font mouvement. Aussitôt, le président Allende est alerté. Depuis le jour triomphal de 1970 qui a vu, contre toute attente, la victoire électorale du socialiste Salvador Allende, le pays s'est divisé en deux blocs antagonistes. L'étranger et principalement les Etats-Unis tirent "les ficelles"; à l'intérieur, suivant des directives précises, les camionneurs, les mineurs, les petits commerçants, les médecins et la grande bourgeoisie s'unissent et s'activent pour abattre le régime par des grèves successives. Allende et ses partisans tentent par tous les moyens de juguler l'inflation et de ramener l'ordre, mais en vain. Le complot pour les abattre peut commencer. Autour de la Moneda, le palais présidentiel, les chars ont pris position. Dans les casernes, tous les régiments sont consignés. Allende refuse l'avion qui est mis à sa disposition pour quitter le Chili. Aussitôt, le combat s'engage. Pendant trois heures, les assiégés se défendent avec acharnement. Un ultime et pathétique message radiophonique est enfin adressé au pays par Allende, avant que lui-même et ses derniers compagnons ne périssent sous les balles des insurgés. En ville, malgré une mobilisation massive de tous les sympathisants, la lutte est inégale, les barricades tombent une à une... Les exécutions sommaires se multiplient, les stades se remplissent de prisonniers, la torture se généralise: l'ordre est rétabli! Tandis que le général Pinochet, le chef de la junte, répond aux questions des journalistes, on annonce la mort du grand poète chilien Pablo Neruda.
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation