Les Grandes personnes (1960) Jean Valère

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France 1961
DistributeurGaumont (source : ADRC)
>> Rechercher "Les Grandes personnes" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurJean Valère
Auteur de l'oeuvre originaleRoger Nimier
DialoguisteRoger Nimier
Société de production Les Films Pomereu
Société de production International Productions
Société de production Peg Film (Roma)
Directeur de productionHenri Jacquillard
Directeur de la photographieRaoul Coutard
Ingénieur du sonGuy Villette
Compositeur de la musique originaleBill Byers
Compositeur de la musique originaleGeorges Delerue
DécorateurBernard Evein
MonteurLéonide Azar

générique artistique

Micheline Presle(Michèle)
Jean Seberg(Anne)
Maurice Ronet(Philippe)
Françoise Prévost(Gladys)
Annibale Ninchi(Séverin)
Nando Bruno(Bucchieri)

Bibliographie

Synopsis

Désespérée par l'inconstance de l'homme qu'elle aime, Michèle Vilmain, jeune femme d'une trentaine d'années, directrice d'une maison de couture, tente de mettre fin à ses jours en absorbant une forte dose de barbiturique. A son réveil, elle trouve à son chevet son vieux médecin de famille, le docteur Séverin, appelé d'urgence par Gladys, la collaboratrice de Michèle qui l'a trouvée prostrée, face contre terre. La voici ranimée, entourée de soins et délicatement gardée par une jeune américaine de vingt ans, Anne, venue séjourner à Paris chez son oncle et qui va s'attacher à la convalescente qui lui est confiée. En ouvrant la fenêtre qui donne sur les Tuileries, Anne découvre le ciel lumineux de ce matin ensoleillé. Bientôt, les deux amies iront se reposer dans le jardin abandonné, au bord du bassin. Gladys est partie avec la bande d'amis à Deauville. Paris est vide. Michèle et Anne vont travailler ensemble. Mais Anne tente de percer le secret de la détresse de Michèle et se fait un portrait odieux de ce Philippe, cause de cette tentative de suicide. Or un soir, après une promenade nocturne étourdissante à travers les plus beaux sites parisiens, Michèle entraîne Anne dans une « boîte », sur les quais et lui présente Philippe Rochereau, sous le regard énigmatique de Gladys. Philippe, séduit par la fraîcheur d'Anne, la fait danser. La jeune fille, sur ses gardes, tente de résister à l'attrait du Don Juan. Mais une absence voulue de Michèle désirant faire un voyage d'affaires à New-York laissera aux jeunes gens le champ libre. Anne devient alors la proie facile de ce bellâtre instable, qui ment et proteste de sa sincérité avec le même accent. Et au petit matin d'une promenade nocturne amoureuse, Anne cède à la passion de Philippe. Michèle est revenue de New-York. Le malaise d'Anne en sa présence l'avertit de son aventure. En pleine possession de ses moyens, Michèle reprend son volage amant et Anne, douloureusement blessée dans sa sincérité et sa fierté, retournera avec son jeune fiancé américain outre-atlantique. Ce séjour parisien lui aura permis de juger les « grandes personnes ».
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation