Défense de savoir (1973) Nadine Trintignant

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France06 septembre 1973
Procédé image35 mm - Couleur
Durée100 mn
DistributeurTamasa Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "Défense de savoir" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurNadine Trintignant
Assistant réalisateurJean-Patrick Lebel
Assistant réalisateurJean-Jacques Beineix
Assistant réalisateurGianfranco Clérici
ScénaristeAlain Corneau
ScénaristeNadine Trintignant
DialoguisteAlain Corneau
DialoguisteNadine Trintignant
Société de production Lira Films (Paris)
Société de production Medusa Produzione (Roma)
ProducteurRaymond Danon
Directeur de productionRalph Baum
Distributeur d'origine 20th Century Fox Corporation
Distributeur d'origine Lira Films (Paris)
Directeur de la photographieWilliam Lubtchansky
CadreurAnastasios Papatakis
Ingénieur du sonHarald Maury
Compositeur de la musique originaleBruno Nicolai
MaquilleurMonique Archambault
MonteurNicole Lubtchansky
ScriptElisabeth Rappeneau
RégisseurAndré Hoss
Photographe de plateauClaude Schwartz

générique artistique

Jean-Louis Trintignant(Maître Jean-Pierre Laubré)
Michel Bouquet(Cristani)
Charles Denner(Ravier)
Juliet Berto(Juliette Cristani)
Bernadette Lafont(Simone)
Claude Piéplu(Descarne)
Barbara Laage(Madame Cristani)
Marie Trintignant(Marie)
Pierre Santini(Jean)
Serge Marquand(l'ami de Simone)
Norma Bengell(Judith)
Carlo De Mejo(Bruno Cristani)
Antoine Marin(le patron du café)
Gilberte Géniat(la patronne du café)
Yves Afonso(un policier)
André Rouyer(un policier)
Marc Eyraud(le témoin)
Benoît Ferreux(un garçon dans le café)
Fabien Ferreux(un garçon dans le café)
Michel Berto(le metteur en scène)
Clément Harari(l'acteur)
Nicole Vervil(la gardienne de prison)
Danielle Durou
Carole Marquand
Luce Marquand
Jacques Ouvrier

Bibliographie

Périodiques

Synopsis

Un avocat, Maître Laubré, est commis d'office à la défense d'une prostituée, Simone, chez qui l'on a découvert le cadavre de Ravier, son amant. Laubré se heurte à l'obstination muette de Simone, mais, avec quelques éléments, parvient à savoir que Ravier n'était qu'un indicateur manipulé. Après avoir tué la patronne d'un bar, sur le point d'être rejoint par la police, il avait enlevé une petite fille comme otage. C'est elle que Laubré interroge mais elle ne peut lui apprendre plus de détails qu'il n'en connaît. Poursuivant alors l'interrogatoire de Simone, il remonte une curieuse filière qui l'amène à rencontrer Juliette, la fille de Cristani, candidat aux élections législatives. Ravier était chargé de la protection des colleurs d'affiches de son père. Fait troublant, le fils du candidat est mort dans un accident le même jour que l'indicateur. Laubré piétine. Juliette interroge son père sur les circonstances de la mort de son frère. Il ne sait rien et répète que c'est un stupide accident d'automobile mais, un peu plus tard, un camarade révèle la vérité à la jeune fille. Bruno, son frère, dans la fameuse nuit a tué un colleur partisan d'un adversaire de son père; surprenant Ravier sur le point de le dénoncer à la police il s'est battu avec lui, mais Ravier sortant son pistolet l'a tué avant de s'enfuir. Le cadavre a ensuite été déposé dans une voiture que l'on a accidentée pour donner le change. Apprenant que son père est au courant et qu'il n'a rien dit, Juliette prévient Laubré mais celui-ci ne peut continuer son enquête car Simone vient d'être libérée faute de preuves! C'est une manoeuvre pour le dissuader de poursuivre ses investigations mais il continue pourtant et interroge à nouveau son otage. C'est elle qui a tué Ravier. Au moment où il lui a dit de s'en aller; elle jouait avec le pistolet et le coup est parti... Laubré, grâce à Juliette rencontre Cristani. La confrontation est orageuse. Le lendemain, alors que Laubré a déposé une plainte devant le Procureur de la République, Cristani tient une conférence de presse. Il raconte "sa" vérité avec émotion et sincérité puis, s'adressant à Laubré qui ne s'y attend pas, il lui demande de s'expliquer. L'avocat bafouille, il n'a pas l'habitude des projecteurs, du public et de cette mise en scène, les mots lui manquent. Déconcerté par la décontraction et la bonhomie et son adversaire, il doit s'en aller. Cristani triomphe, les preuves de ce petit excité ont fait long feu devant son éloquence et sa déchirante autocritique. Tout rentre donc dans l'ordre! Dehors, Laubré retrouve Juliette mais il n'a plus la même conviction...
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 28 février 1973

Lieux de tournage